NOUVELLES

Amnesty appelle à la libération du militant bahreïni Nabil Rajab

11/07/2012 09:46 EDT | Actualisé 10/09/2012 05:12 EDT

Amnesty International a appelé mercredi les autorités bahreïnies à libérer le militant chiite Nabil Rajab, condamné à 3 mois de prison pour des propos sur Twitter jugés insultants pour les sunnites.

Dans un communiqué, l'organisation de défense des droits de l'Homme demande "la libération immédiate" de M. Rajab, "un prisonnier d'opinion" selon elle.

"Comme beaucoup d'autres à Bahreïn, Nabil Rajab est un prisonnier d'opinion, incarcéré uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression", écrit Ann Harrison, responsable d'Amnesty International pour le Moyen-Orient.

"Il devrait être libéré immédiatement et toutes les autres accusations ou condamnations prononcées contre lui devraient être retirées ou annulées", ajoute-t-elle, invitant les autorités de Bahreïn à agir pour que "tous les défenseurs des droits de l'Homme soient en mesure d'effectuer leur travail sans crainte de représailles".

Nabil Rajab a été condamné lundi par un tribunal de Manama sous l'accusation d'avoir tenu sur Twitter "des propos sur les habitants de Muharaq, mettant en doute leur patriotisme et les insultant".

La population de Muharaq, la deuxième plus grande île de l'archipel de Bahreïn, est essentiellement sunnite, alors que le pays est à majorité chiite.

Nabil Rajab, qui dirige le "Bahrain Centre for Human Rights", est poursuivi dans trois autres affaires pour participation à des manifestations interdites.

Il a aussi été condamné le 28 juin à 300 dinars bahreïnis (800 dollars) d'amende pour insultes aux forces de l'ordre.

Bahreïn est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation du régime, animé par des chiites qui réclament une monarchie constitutionnelle dans un pays dirigé par une dynastie sunnite.

bur/tm/hj

PLUS:afp