NOUVELLES

Tour de France - Sky, fleuron de l'empire cycliste britannique

10/07/2012 02:43 EDT | Actualisé 09/09/2012 05:12 EDT

L'équipe Sky, qui a assis sa domination lors de la première semaine du Tour de France, s'appuie sur d'importants moyens financiers et scientifiques réunis pour en faire le porte-étendard du cyclisme britannique.

. UNE SOLIDE ASSISE FINANCIERE

Avec ses 15 millions d'euros de budget annoncés, Sky figure parmi les plus riches équipes du circuit mondial World Tour avec BMC et RadioShack. La formation est financée dans sa très grande partie par l'opérateur de télévision BSkyB, filiale du groupe News Corporation de Rupert Murdoch. Créée en 2010, elle est également adossée indirectement à British Cycling (BC), la Fédération britannique de cyclisme. Son manager Dave Brailsford est d'ailleurs le directeur du haut niveau de British Cycling et Sky est un des principaux partenaires de BC.

Dotée de grands moyens, elle a recruté des coureurs de très haut niveau, comme le prometteur norvégien Edvald Boasson Hagen. Elle a intégré plusieurs coureurs britanniques comme Bradley Wiggins, arraché de haute lutte à sa précédente équipe, Geraint Thomas, absent du Tour, ou Chris Froome, révélation de la première semaine de course. A la dernière intersaison, elle a également débauché son "joyau" qui évoluait dans l'équipe américaine HTC, le champion du monde et numéro un du sprint Mark Cavendish.

Cette puissance financière et ce fonctionnement parallèle avec BC permet de réunir dans une même structure les meilleurs coureurs britanniques et de les faire travailler ensemble pour les bénéfices à la fois de l'équipe Sky et de la sélection du Royaume-Uni. Elle permet également à l'équipe de bénéficier des très performantes installations de la Fédération au centre de haut niveau de Manchester.

. UNE PREPARATION A LA POINTE DU PROGRES

L'équipe Sky se caractérise par une approche scientifique de la préparation physique et mentale, basée sur celle qui a mené la sélection du Royaume-Uni à la suprématie sur la piste aux jeux Olympiques de Pékin en 2008 (7 titres sur un maximum possible de 10).

Avec les outils de BC, l'encadrement sportif et médical réalise toutes sortes de mesures: fréquence de pédalage, puissance maximale et moyenne (en watts), pics sur des durées (1, 6, 20, 30 minutes...), selon les dénivelés... Tous les résultats sont compilés dans une grande banque de données qui permet de dresser des profils physiologiques pour chaque coureur, d'élaborer des indices de performance dans l'effort et au repos et de voir leur évolution.

Un travail psychologique est également mené autour du Dr. Steve Peters --chef de l'équipe médicale-- pour que, dit-il, "les coureurs comprennent comment fonctionne leur cerveau et apprennent à contrôler leurs émotions".

"Je suis leur rat de laboratoire", sourit Wiggins en évoquant notamment les têtes pensantes australiennes de sa préparation: Shane Sutton, entraîneur en chef de l'équipe, et Tim Kerrison, préparateur physique venu de la natation qui a appliqué au cyclisme ses recettes en imposant notamment un entraînement sans trêve sur l'ensemble de l'année.

sva/jm/gd

PLUS:afp