NOUVELLES

RDC: Bosco Ntaganda "coupable au même titre" que Lubanga, selon Kinshasa

10/07/2012 12:19 EDT | Actualisé 09/09/2012 05:12 EDT

Le général Bosco Ntaganda, radié de l'armée congolaise pour son implication dans la mutinerie dans l'est de la RD Congo, est "coupable au même titre" que Thomas Lubanga, condamné mardi par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, a déclaré le porte-parole du gouvernement congolais.

"Il est évident que Bosco Ntaganda est coupable au même titre que Thomas Lubanga, et plus encore, parce qu'après (2002-2003) Bosco Ntaganda a inité pas mal d'autres promenades criminelles à travers l'Ituri, le Nord et le Sud-Kivu (provinces de l'est RDC), qui font qu'aujourd'hui il est l'ennemi public numéro UN", a déclaré à l'AFP Lambert Mende.

Bosco Ntaganda est recherché par la CPI depuis 2006 pour enrôlement d'enfants soldats en 2002-2003, quand il était dans la milice de Thomas Lubanga, condamné mardi pour ce même crime à 14 ans de prison par la CPI.

"Nous sommes en mesure de juger Bosco Nataganda", a affirmé Lambert Mende.

"Lorsque nous avons livré Thomas Lubanga (à la CPI en 2006), notre appareil judiciaire, et même notre Etat, n'étaient pas à même de mener jusqu'a bout une procédure aussi grave. Maintenant nous pouvons le faire", a-t-il expliqué.

"Notre justice va très bientôt se saisir de ce cas puisque nous espérons que rapidement (Ntaganda) sera présenté à ses juges naturels. C'est à ce niveau là qu'on décidera si une coopération avec la CPI s'impose ou non. Le gouvernement se gardera d'interférer dans une décision qui appartient aux instances judiciaires", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Après avoir été le chef d'état-major adjoint des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), la milice de Thomas Lubanga, Bosco Nataganda a rejoint au milieu des années 2000 la rébellion tutsi congolaise du Congrés nationale pour la défense du peuple (CNDP).

Dans le cadre d'un accord de paix signé en 2009 entre Kinshasa et le CNDP, Ntaganda a été intégré comme général dans l'armée congolaise, avec les ex-combatants de cette rébellion.

Le général a fait défection en avril dernier dans la province du Nord-Kivu (est) et il est accusé depuis par le gouvernement d'être à la tête d'une mutinerie en cours dans la région, constituée d'ex-membres du CNDP.

Samedi soir, un Conseil supérieur de la défense, présidé par le chef de l'Etat congolais Joseph Kabila, a prononcé la radiation de l'armée de Ntaganda et d'autres chefs des mutins, avec ordre de les rechercher pour les juger.

Depuis 2009 et jusqu'au début de la mutinerie, Kinshasa refusait d'arrêter le général Ntaganda et de le livrer à la CPI.

epe/jms

PLUS:afp