NOUVELLES

La Jordanie ouvre un premier camp pour les réfugiés syriens

10/07/2012 05:43 EDT | Actualisé 09/09/2012 05:12 EDT

MAFRAQ, Jordanie - La Jordanie a ouvert un nouveau camp de réfugiés près de sa frontière avec la Syrie, mardi, pour accommoder un nombre grandissant de Syriens qui fuient les violences dans leur pays, quelques jours après que les Nations unies eurent appelé le gouvernement jordanien à prendre les dispositions nécessaires pour faire face au flux transfrontalier.

Les autorités jordaniennes étaient jusque-là réticentes à ouvrir des camps pour les réfugiés syriens, probablement pour éviter un possible conflit avec le régime du président syrien Bachar el-Assad. La Syrie est l'un des principaux partenaires commerciaux de la Jordanie dans la région.

Un autre camp, qui devait être géré par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a été mis sur pied il y a plusieurs mois dans la ville de Ribaa Sarhan, près de la frontière, mais il est resté inutilisé pendant que des centaines de réfugiés syriens logeaient dans des complexes d'habitation étroitement surveillés près de la frontière.

Le ministre jordanien de l'Information, Sameeh Maaytah, a affirmé mardi que le nouveau camp, situé dans la localité de Ramtha, avait dû être mis en place parce que les réfugiés syriens ne peuvent plus être absorbés par les communautés frontalières.

«Nous avons dû agir rapidement pour faire de la place pour les réfugiés, dont le nombre a gonflé au cours des derniers jours», a expliqué le ministre à l'Associated Press.

Depuis le début du soulèvement en Syrie, en mars 2011, la Jordanie a accueilli au moins 140 000 réfugiés syriens. Le Liban en compte environ 30 000, tandis que la Turquie en héberge des dizaines de milliers d'autres.

Des travailleurs humanitaires ont expliqué que l'arrivée subite de 3600 réfugiés la semaine dernière avait accru la pression sur la Jordanie. Mais les arrivées ont diminué au cours du week-end à cause des opérations de l'armée syrienne qui empêchent les civils de faire leur chemin jusqu'en Jordanie.

Un représentant du HCR en Jordanie, Andrew Harper, a précisé que des travaux sont en cours pour construire un deuxième camp de réfugiés à proximité du premier, près du village de Zaatari.

On ne sait pas très bien à quel moment ce deuxième camp sera achevé, ni si les autorités jordaniennes décideront d'utiliser le camp de Ribaa Sarhan.

Le ministre jordanien de l'Eau, Mohammed Najjar, a par ailleurs demandé aux pays occidentaux de faire des dons pour fournir de l'eau potable aux réfugiés. La Jordanie souffre d'importantes pénuries d'eau et se plaint que les réfugiés épuisent ses ressources déjà insuffisantes.

PLUS:pc