NOUVELLES

Les actionnaires de RIM risquent d'en avoir long à dire, à l'assemblée annuelle

09/07/2012 10:49 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

WATERLOO, Ont. - Les actionnaires de Research In Motion, sans doute les plus grands partisans du téléphone intelligent BlackBerry, devraient adopter un point de vue beaucoup plus critique de la compagnie en difficulté lors de son assemblée annuelle, mardi.

La rencontre à Waterloo, en Ontario, la ville où est situé le siège social de RIM, sera pour plusieurs la première occasion de rencontrer le nouveau président Thorsten Heins et les nombreux autres gestionnaires qui ont été embauchés au cours des derniers mois.

Ce sera également une excellente chance d'interroger M. Heins à propos de l'entreprise coincée dans les retards techniques, les mauvaises nouvelles financières et une action dont le cours continue de décroître.

Beaucoup a changé depuis que l'ancien coprésident Jim Balsillie s'est présenté devant les actionnaires, en juillet dernier, et a assuré que le cours de l'action, qui venait alors de glisser sous les 30 $ le titre, n'était qu'une mauvaise passe. Sa valeur a depuis chuté bien en-deçà de 10 $.

RIM n'a toujours pas non plus lancé de nouveaux produits promis depuis longtemps. Le système d'exploitation BlackBerry 10 et la gamme de nouveaux téléphones intelligents s'avèrent le plus grand défi technique que l'entreprise a dû surmonter, des délais repoussant la date de lancement au début de 2013.

Le nouveau leadership de RIM est sous forte pression pour restaurer la réputation de la compagnie, dans l'espoir que les clients envisageront d'acheter un autre BlackBerry, plutôt que l'une des nombreuses alternatives disponibles sur le marché, comme l'iPhone d'Apple ou la foule d'appareils utilisant le système Android.

PLUS:pc