NOUVELLES

Le président égyptien défie l'armée et rétablit le Parlement dissous

09/07/2012 06:34 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

Le président égyptien Mohamed Morsi a défié l'armée en ordonnant de rétablir le Parlement, dominé par les islamistes, dont la dissolution avait permis aux militaires de s'attribuer le pouvoir législatif en Egypte.

Dans un geste surprise, plus d'une semaine après que le Conseil suprême des forces armées (CSFA) lui a remis le pouvoir, M. Morsi a ordonné dimanche par décret l'annulation de la décision prise le 15 juin de dissoudre l'Assemblée du peuple et invité la chambre à se réunir de nouveau et à exercer ses prérogatives.

Saad al-Katatni, qui préside l'Assemblée et est issu comme le président Morsi des rangs des Frères musulmans, a convoqué une session mardi.

La décision de M. Morsi, premier président civil d'Egypte, augure d'un bras de fer avec le CSFA, qui s'était attribué mi-juin le pouvoir législatif grâce à une décision de justice dénoncée comme un "coup d'Etat constitutionnel".

Le décret présidentiel prévoit aussi "l'organisation d'élections anticipées pour la Chambre, 60 jours après l'approbation par référendum de la nouvelle Constitution du pays, et l'adoption d'une nouvelle loi régissant le Parlement".

Le CSFA a convoqué dimanche soir une "réunion urgente sous la présidence du maréchal Hussein Tantaoui pour examiner les mesures présidentielles" et n'a publié aucun communiqué lundi matin.

"Morsi a dit au CSFA échec et mat", écrit en Une le quotidien indépendant Al-Watan, tandis qu'un autre quotidien, Al-Tahrir, titre "Morsi a battu le CSFA", le conseil militaire à qui Hosni Moubarak, emporté par un révolte populaire, a remis le pouvoir en démissionnant en février 2011.

Pour certains journaux, les décisions prises par M. Morsi, s'apparentent à un "séisme politique" et le nouveau président, issu des Frères musulmans, principaux rivaux historiques des militaires qui dominent le système dans le plus peuplé des pays arabes depuis la chute de la monarchie en 1952, risque d'avoir sur le dos l'appareil judiciaire.

"Dans un pays démocratique, un président ne peut manquer de respect à la justice", affirme Rifaat al-Saïd, chef du parti de gauche Al-Tagammu.

"Qu'il le veuille ou non, Morsi doit respecter les décisions de la justice", a dit ce dirigeant politique à la télévision d'Etat.

Une marche vers le Parlement est prévue dans la journée, a encore déclaré M. Al-Saïd, affirmant que "plusieurs partis vont boycotter les sessions de la chambre".

L'Assemblée du peuple avait été dissoute en application d'une décision de la Haute cour constitutionnelle la déclarant illégale, une mesure contestée par les Frères musulmans, première force politique de l'Assemblée.

Dans son arrêt, cette cour avait invalidé les élections législatives achevées en janvier, en raison d'un vice juridique dans la loi électorale ayant régi le scrutin.

Ces élections s'étaient soldées par un raz-de-marée islamiste, près de la moitié des sièges revenant aux Frères musulmans et près d'un quart aux fondamentalistes salafistes.

Sur la base de cette décision de justice, le CSFA a annoncé dans une "Déclaration constitutionnelle complémentaire" qu'il exercerait le pouvoir législatif jusqu'à l'élection d'une nouvelle Assemblée du peuple.

La même Déclaration octroyait un droit de veto au CSFA sur tout article de la future Constitution.

Les Frères musulmans ont alors accusé les militaires d'avoir orchestré cette dissolution pour s'adjuger le pouvoir législatif, dénonçant un véritable "coup d'Etat" et affirmant que pour eux l'Assemblée du peuple restait valide et gardait le pouvoir législatif.

A défaut de pouvoir le faire devant le Parlement, M. Morsi avait prêté serment le 30 juin devant la Haute cour constitutionnelle.

Un porte-parole de cette cour, Maher Sameh, cité par l'agence Mena, a indiqué que "l'assemblée générale de la Haute cour constitutionnelle a été convoquée lundi en réunion extraordinaire" pour débattre de cette question.

jaz-hj/sbh

PLUS:afp