NOUVELLES

Le chef de la diplomatie iranienne en visite surprise aux Emirats

09/07/2012 11:01 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

Un haut responsable émirati, Mansour Ben Zayed Al-Nahyane, s'est entretenu lundi avec le chef de la diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi, qui effectue une visite surprise aux Emirats arabes unis.

Selon l'agence officielle Wam, cheikh Mansour, vice-Premier ministre et ministre pour les Affaires de la présidence, a évoqué avec M. Salehi "les relations bilatérales et des moyens de les développer", et "des questions d'intérêt commun".

L'agence n'a pas fourni d'autres détails sur l'entretien, auquel assistait notamment le ministre émirati des Affaires étrangères, cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane.

M. Salehi a été ensuite reçu à Dubaï par le vice-président et Premier ministre des Emirats, cheikh Mohammed Ben Rached Al-Maktoum, souverain de Dubaï.

Ils ont évoqué les moyens de développer les relations bilatérales "dans l'intérêt de chacun des deux pays et pour la consolidation de la sécurité et la stabilité de la région" du Golfe, selon Wam.

La visite de M. Salehi, qui n'avait pas été annoncée, survient alors que les relations entre Abou Dhabi et Téhéran sont tendues après une visite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad en avril à Abou Moussa, l'une des trois îles du Golfe au centre d'un conflit entre les deux pays.

Le séjour du ministre iranien a coïncidé avec l'arrivée à Téhéran de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, pour des entretiens en Iran, un allié du régime de Bachar Al-Assad.

M. Annan, auteur d'un plan de sortie de la crise syrienne resté jusqu'à présent lettre morte, a effectué dimanche et lundi une visite à Damas et plaidé pour que l'Iran, qui "a de l'influence" en Syrie, soit associé à la recherche d'un règlement.

L'Iran, qui a officiellement appuyé le plan Annan, accuse les Occidentaux et certains pays arabes de soutenir militairement l'opposition pour renverser le régime de Damas.

tm/cnp

PLUS:afp