NOUVELLES

La question sécuritaire favorise la relance de l'Union du Maghreb arabe

09/07/2012 03:29 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union du Maghreb arabe (UMA) ont souligné lundi la nécessité de mettre en place une politique sécuritaire commune, à l'issue d'une réunion consacrée à la question de la sécurité dans la région.

"Ce qui est important c'est que, pour la première fois, des ministres des Affaires étrangères se réunissent pour imaginer ensemble une stratégie commune en matière sécuritaire", a déclaré à l'AFP le ministre algérien délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel.

"Nous sommes interpellés par les événements qui se passent au Maghreb. Il y a eu des bouleversements qui ont eu quelques conséquences sur le plan sécuritaire", a ajouté M. Messahel, appelant à une meilleure coordination pour y faire face.

A l'ouverture de la réunion, Mourad Medelci, le chef de la diplomatie algérienne, avait rappelé que "les défis actuels" nécessitaient "davantage d'efforts en faveur du renforcement de la coopération bilatérale et régionale".

La lutte contre le terrorisme fait partie de ces défis. "L'activité terroriste dans la région du Maghreb constitue une grande menace pour la paix et la stabilité régionales", a souligné M. Medelci, rappelant l'existence de liens entre les groupes terroristes et les réseaux criminels.

La question sécuritaire dans la région du Maghreb et la situation sécuritaire dans la sous-région du Sahel, en particulier au Mali, ont semblé relancer l'UMA, et plusieurs réunions ministérielles sont prévues cette année.

Les ministres de l'Intérieur doivent se retrouver au Maroc, ceux de la Justice en Libye, ceux de la Jeunesse et des Sports en Tunisie, et une réunion des ministres des Affaires religieuses est prévue en Mauritanie afin de "mettre en valeur l'islam sunnite", selon la déclaration finale.

Ces réunions ministérielles maghrébines précéderont celle des chefs d'Etats prévue en Tunisie avant la fin de l'année.

L'Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Mauritanie et la Libye font partie de l'UMA, une organisation créée en 1989 mais restée en panne, en raison notamment du conflit du Sahara Occidental, qui oppose Alger et Rabat.

amb/fc

PLUS:afp