NOUVELLES

La médiation ouest-africaine à Paris pour rencontrer le président malien

09/07/2012 05:03 EDT | Actualisé 07/09/2012 05:12 EDT

Deux ministres membres de la médiation ouest-africaine dans la crise malienne - un Burkinabè et un Ivoirien - sont arrivés lundi à Paris pour y rencontrer le jour même le président intérimaire du Mali Dioncounda Traoré, en tant qu'émissaires de la Cédéao, ont indiqué leurs entourages à l'AFP.

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, "est arrivé à Paris" pour discuter avec le président Traoré de la transition dans son pays, a annoncé son entourage à Ouagadougou. Le Burkina Faso conduit la médiation au nom de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Le ministre ivoirien de l'Intégration africaine, Ally Coulibaly, "doit rencontrer aujourd'hui même Dioncounda Traoré", a confirmé un proche du ministre joint à Paris. La Côte d'Ivoire dirige actuellement la Cédéao.

Le président malien par intérim, attaqué et graveement blessé le 21 mai dans ses bureaux près de Bamako par une foule de manifestants hostiles, est soigné depuis le 23 mai à Paris.

Les deux émissaires vont discuter avec M. Traoré des suites du sommet qui s'est tenu samedi à Ouagadougou. Six chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest ont sommé le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra de former d'ici fin juillet un "gouvernement d'union nationale", faute de quoi son gouvernement ne serait plus reconnu et le Mali serait suspendu des instances régionales.

"Nous voulons que le Mali ait un exécutif fort et efficace", a déclaré M. Bassolé dans une interview diffusée par Radio France internationale (RFI) lundi. "Le gouvernement (actuel) n'est pas suffisamment représentatif (...) et sa collaboration avec la Cédéao n'est pas exactement comme on l'aurait voulu", a-t-il dit.

Pour la Cédéao, un gouvernement malien "d'union nationale" est indispensable pour affronter la crise dans le nord du pays, occupé depuis fin mars par des groupes armés, rebelles touareg et surtout islamistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), plus que jamais en position de force.

Le sommet de Ouagadougou a aussi "exhorté" Dioncounda Traoré à demander "sans délai" à la Cédéao et l'ONU l'envoi d'une force africaine au Mali. Cette force aurait pour première mission de protéger les institutions à Bamako et au premier chef M. Traoré lui-même, dont la Cédéao souhaite assurer le retour à Bamako au plus vite.

roh-tmo-lbx/hr/jms

PLUS:afp