NOUVELLES

JO: Des Londoniens refusent que l'armée installe des missiles sur leur toit

09/07/2012 06:29 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

LONDRES - Les habitants d'un immeuble londonien se sont opposés lundi devant les tribunaux à l'installation de missiles sur leur toit en prévision des Jeux olympiques parce que ce déploiement sans précédent pourrait transformer l'édifice en une cible de choix pour les terroristes.

L'armée britannique prévoit placer des missiles à six endroits autour de Londres dans le cadre de son plan de sécurité pour les Jeux, qui se dérouleront du 27 juillet au 12 août.

Mais les résidants de la Fred Wigg Tower, une tour de 17 étages située à Leytonstone dans l'est de la capitale britannique, affirment ne pas avoir été consultés. Le juge devrait annoncer sa décision mardi matin.

L'avocat des citoyens, Marc Willers, a déclaré devant la cour que ses clients craignaient avec raison que la présence de missiles sur leur toit n'augmente les risques d'attaques terroristes contre le bâtiment.

Ils ont fait valoir que le projet des militaires allait à l'encontre de la Convention européenne des droits de l'homme, qui protège le droit de chaque individu à la vie privée et à la jouissance de sa résidence.

Des missiles seront également installés sur un autre immeuble à appartements, près d'un réservoir et sur une ferme dans l'est de Londres de même que le long des collines qui bordent la ville au sud.

Le secrétaire britannique de la Défense, Philip Hammond, a affirmé que les missiles, qui seront en mesure d'abattre tout avion détourné qui pourrait menacer le parc olympique, faisaient partie des précautions visant à rassurer la population et à dissuader les terroristes.

Il a ajouté que les objections au plan de sécurité, qui comprend aussi 7500 soldats, des avions de combat postés sur une base aérienne voisine et un porte-hélicoptère sur la rivière Thames, n'étaient le fait que d'un «petit nombre d'activistes».

PLUS:pc