NOUVELLES

Egypte: les Etats-Unis appellent au "respect des principes démocratiques"

09/07/2012 11:19 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

La Maison Blanche et le département d'Etat ont appelé lundi les Egyptiens au "respect des principes démocratiques" pour résoudre l'épreuve de force entre le président islamiste et l'armée au sujet de la validité du Parlement.

Les Etats-Unis sont "en contact avec les dirigeants égyptiens", a expliqué à l'AFP le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Tommy Vietor, tout en estimant que "c'est aux Egyptiens de décider, conformément au respect des principes démocratiques, avec transparence et en protégeant les droits de tous les Egyptiens".

La Haute cour constitutionnelle égyptienne a rejeté lundi la décision du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, de rétablir le Parlement qu'elle a jugé invalide.

Plus d'une semaine après que le Conseil suprême des forces armées (CSFA) lui a remis le pouvoir, M. Morsi a ordonné dimanche par décret l'annulation de la décision prise le 15 juin de dissoudre l'Assemblée du peuple et invité la chambre à se réunir de nouveau et à exercer ses prérogatives.

La décision de M. Morsi, premier président islamiste et civil d'Egypte, laisse présager une confrontation avec le CSFA, qui s'était attribué mi-juin le pouvoir législatif grâce à la décision de la Haute cour, dénoncée par les Frères musulmans comme un "coup d'Etat constitutionnel".

"C'est un processus qui se déroule en Egypte et qui doit être tranché par les Egyptiens", a réagi un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell, insistant également sur le "respect des principes démocratiques et du processus de transition".

Le département d'Etat a aussi brièvement rendu compte de la visite ce week-end au Caire du secrétaire d'Etat adjoint William Burns, qui devait remettre un message du président américain Barack Obama à son homologue égyptien.

M. Burns "a eu une rencontre très constructive avec le président Morsi durant laquelle il a souligné l'engagement des Etats-Unis à construire un nouveau partenariat avec une nouvelle Egypte démocratique", a expliqué à la presse M. Ventrell.

La visite de M. Burns précédait celle de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, attendue en Egypte le 14 juillet "pour exprimer le soutien des Etats-Unis à la transition démocratique et au développement économique de l'Egypte".

M. Obama doit ensuite rencontrer M. Morsi lors de l'assemblée générale des Nations unies à New York en septembre, selon un responsable américain.

Les Etats-Unis abordent avec prudence l'élection de M. Morsi, premier président égyptien islamiste et non issu des rangs de l'armée, se disant soulagés par ses promesses d'unité nationale mais craignant que les relations avec cet Etat arabe clé ne soient plus compliquées qu'avant la chute d'Hosni Moubarak en 2011.

tq-nr/sam

PLUS:afp