NOUVELLES

Dissolution d'un groupe de l'opposition chiite de Bahreïn

09/07/2012 07:50 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

Le tribunal administratif de Bahreïn a prononcé lundi la dissolution d'un groupe de l'opposition chiite, l'Association de l'Action islamique, a indiqué une source judiciaire.

Le tribunal administratif a estimé que le groupe politique avait violé à plusieurs reprises la loi sur les associations, notamment pour n'avoir pas tenu de congrès pendant quatre ans, absence de documents comptables sur les finances du mouvement et promotion d'"une idéologie appelant ouvertement à la violence".

La plainte contre l'Association de l'Action islamique a été introduite devant le tribunal administratif par le ministère de la Justice après la mise sous séquestre de son siège pendant la contestation chiite de 2011.

Le secrétaire général du groupe, Mohammed Ali Mahfouz, et plusieurs de ses cadres ont été condamnés à de lourdes peines de prison avec d'autres opposants pour "complot en vue de renverser le régime et incitations aux violences".

La décision du tribunal administratif a été dénoncée par l'opposition chiite, notamment le puissant parti Wefaq, qui y a vu une "violation de la Constitution et du droit d'association et d'action politique".

L'Association de l'Action islamique est l'héritière du Front islamique de Libération de Bahreïn, accusé d'être impliqué dans une tentative de putsch en 1981. Cette association a boycotté le scrutin de 2002 et n'a obtenu aucun élu en 2006, avant de participer au mouvement de contestation des chiites qui a débuté en février 2011 dans le sillage du Printemps arabe.

bur/mh/vv/hj

PLUS:afp