NOUVELLES

Des élections et des morceaux de fer pour construire la démocratie en Libye

09/07/2012 11:18 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

"Nous sommes en train de construire la démocratie avec de petits morceaux de fer", se félicite un responsable libyen. Sous ses yeux, des ouvriers installent la structure métallique sur laquelle vont être fixés les 200 sièges de la prochaine Assemblée nationale.

"On commence par construire l'endroit où vont se réunir les démocrates", se réjouit Othman Ben Sassi, membre du Conseil national de transition (CNT, au pouvoir), faisant visiter à une équipe de l'AFP la salle en chantier qui va accueillir les débats de la première assemblée élue librement en Libye.

"Après la guerre et une bataille terrible contre la dictature, nous sommes en train de construire la démocratie avec de petits morceaux de fer", dit-il.

Samedi, les Libyens ont voté pour choisir les 200 membres du Congrès national général, chargé de diriger le pays pendant une nouvelle période de transition. Les résultats préliminaires étaient attendus lundi ou mardi.

Selon M. Ben Sassi, les autorités ont encore un mois pour achever les travaux d'aménagement de la salle, située au deuxième étage d'un luxueux centre de conférence. Le CNT tenait ses réunions dans une autre salle du même bâtiment qui se trouve à proximité du centre de la capitale.

La première réunion du Congrès national général est en effet prévue début août, selon ce responsable, mais ceci "dépendra de la date de l'annonce des résultats définitifs" des élections. Au cours de cette séance inaugurale, M. Ben Sassi et les autres membres du CNT devront démissionner.

Des ouvriers turcs mettent en place la structure métallique sur laquelle vont être fixés les deux cents sièges de couleur rouge importés de Turquie, et les autorités envisagent de renforcer l'effectif pour accélérer l'avancement du chantier.

Le projet, d'un coût de 1,6 million de dollars, a été confié à une société libyenne en partenariat avec des entreprises étrangères, selon les autorités qui affirment organiser également le logement et le transport des 200 élus qui doivent venir de différentes régions du pays pour les débats dans la capitale.

Tout ou presque est à construire dans la démocratie libyenne : au-delà de la salle du Parlement, il faut également mettre sur pied son règlement.

"Nous sommes aussi en train de définir les règles de fonctionnement de l'assemblée : comment les questions doivent être posées, comment les lois sont adoptées, etc...", a expliqué M. Ben Sassi.

Dans ce but, un guide du fonctionnement de l'Assemblée est en préparation avec l'aide d'experts de l'Union européenne et de l'Onu, ajoute-t-il.

"Quand les membres de l'assemblée arrivent le premier jour, ils doivent être en mesure de travailler immédiatement. Nous ne voulons pas perdre de temps", souligne le responsable libyen.

Mais cette salle où vont siéger les premiers dirigeants élus du pays ne sera que temporaire.

"Une fois le Congrès réuni, on va lui proposer la construction d'un véritable bâtiment", affirme M. Ben Sassi.

mh-dsg/ila/cnp

PLUS:afp