NOUVELLES

Bradley Wiggins remporte le contre-la-montre et consolide son maillot jaune

09/07/2012 11:36 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

BESANÇON, France - Le Britannique Bradley Wiggins (Sky), maillot jaune du Tour de France 2012, a frappé un grand coup en remportant la 9e étape, un contre-la-montre de 41,5 km entre Arc-et-Senans et Besançon, en 51 minutes 24,10 secondes.

Le cycliste de 32 ans a imposé sa loi, repoussant son principal concurrent, le Suisse Fabian Cancellara (RadioShack-Nissan), à 57 secondes. Les autres favoris ont terminé à plus d'une minute, à commencer par l'Italien Vincenzo Nibali (Liquigas-Cannondale).

Seul son coéquipier et compatriote Christopher Froome, qui avait déjà remporté la 7e étape, a pu suivre le rythme, échouant à 35 secondes de Wiggins.

Il s'agit de la première victoire d'étape du Britannique sur cette Grande Boucle 2012 mais quelle victoire! Invaincu en 2012 sur un contre-la-montre (hors prologue), le leader de l'équipe Sky a consolidé son maillot jaune.

«On avait bien reconnu le parcours après le Dauphiné. J'étais très motivé: c'est mon truc, le chrono. J'étais chez moi aujourd'hui, a assuré le triple champion olympique sur piste.

«Je suis très content car c'est un super temps, j'avais de bonnes jambes. Ce n'était pas un chrono facile, il y avait beaucoup de virages et une arrivée technique.»

Au classement général, Wiggins laisse son dauphin, l'Australien Cadel Evans (BMC) à 1:53, tandis que Froome grimpe à la troisième place, à 2:07 de son leader.

Wiggins a prévenu que cette course de trois semaines est loin d'être terminée. Il a mentionné qu'un accident ou la maladie pourrait anéantir ses espoirs de victoire. Il a également noté que Evans a juré de se battre jusqu'à l'arrivée.

«Ce n'est jamais fini tant que ce n'est pas fini», a-t-il noté.

Mais l'étape soulève des questions quant à savoir si Evans — ou qui que ce soit d'autres — peut défier Wiggins et son équipe, qui ont montré leur supériorité à la fois en montagne et dans les contre-la-montre qui couronnent souvent le vainqueur du Tour.

Wiggins a ajouté qu'il s'était présenté au départ de cette étape avec l'intention de gagner du temps au classement général — ce qui s'inscrit dans son objectif de devenir le premier Britannique à remporter le Tour. Une victoire d'étape n'était pas sa priorité.

«Mon objectif était de prendre une minute sur Cadel ... J'ai réussi à faire un peu plus que cela, c'est un boni, a-t-il déclaré. La victoire d'étape, c'est comme Noël, c'est génial.»

Pour sa part, Evans en a arraché. Au premier chrono intermédiaire, à 16,5 km, l'Australien concédait déjà plus d'une minute à Wiggins. Mais le champion en titre a été en mesure de limiter les dégâts par la suite.

Evans a avoué qu'il était «un peu déçu» mais a insisté pour dire que le Tour n'était pas encore terminé: «Je n'ai pas disputé mon meilleur contre-la-montre, mais certainement pas mon pire.

«Mais Sky misait sur deux très, très, très bons coureurs aujourd'hui», a-t-il ajouté.

La journée de repos mardi devrait faire du bien aux coureurs avant d'attaquer les Alpes mercredi au cours d'une étape longue de 194,5 km entre Mâcon et Bellegarde-sur-Valserine.

PLUS:pc