NOUVELLES

Barack Obama veut prolonger les réductions d'impôt pour la classe moyenne

09/07/2012 08:42 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président Barack Obama a tenté lundi de changer le sujet du débat électoral qui l'oppose au candidat républicain Mitt Romney afin de le faire passer du taux de chômage élevé et de la reprise économique timide au prolongement des allègements fiscaux pour la classe moyenne américaine.

En même temps, M. Obama a plaidé en faveur d'une hausse d'impôt pour les deux pour cent d'Américains qui, selon lui, gagnent plus de 250 000 $ par année.

Dans une tentative pour calmer l'anxiété de l'électorat par rapport à un taux de chômage stagnant — qui s'élève à 8,2 pour cent — et une relance économique déficiente, le président a lancé lundi sa nouvelle campagne à l'intention de la classe moyenne en prenant la parole à la Maison-Blanche.

Il a déclaré que les réductions d'impôt pour les gens aisés avaient joué un rôle important dans la montée fulgurante du déficit fédéral américain.

L'administration Obama ramène de nouveau sur le tapis le sujet des allègements fiscaux en sachant pertinemment que la Chambre des représentants, qui est contrôlée par les républicains, ne permettra pas de reconduire les baisses d'impôt si les plus riches n'y ont pas aussi droit.

C'est l'un des signes du cul-de-sac législatif et politique qui prévaut au Congrès américain à l'approche de l'élection présidentielle du 6 novembre.

En 2010, les démocrates et les républicains s'étaient entendus pour prolonger de deux ans les allègements fiscaux accordés à tous les contribuables par George W. Bush. L'entente expire donc à la fin de la présente année.

Selon les représentants de la Maison-Blanche, Barack Obama a l'intention de proposer le prolongement de ces mesures pour une autre année, mais seulement pour les personnes ayant un revenu annuel de moins de 250 000 $.

La réaction de M. Romney ne s'est pas fait attendre.

«L'annonce faite par le président Obama ce matin entraînera une hausse d'impôt pour des millions de familles, de créateurs d'emploi et de petites entreprises», a affirmé dans un communiqué la porte-parole du candidat républicain, Andrea Saul.

Par ailleurs, la campagne de Barack Obama et du Parti démocratique a amassé 71 millions $ en juin, soit beaucoup moins que les 106 millions $ récoltés par Mitt Romney et le Parti républicain durant la même période.

C'est le deuxième mois consécutif que M. Romney recueille davantage de fonds que M. Obama. Les représentants du président craignent que cet écart financier ne nuise à ses chances d'être réélu.

La campagne démocrate essayera vraisemblablement au cours des prochaines semaines de dépeindre le candidat républicain comme quelqu'un de déconnecté par rapport à la classe moyenne, dont il a absolument besoin pour être élu.

PLUS:pc