NOUVELLES

Austérité oblige, un gouvernement resserré prête serment au Soudan

09/07/2012 12:47 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

Le président soudanais Omar el-Béchir a mis en place lundi un gouvernement resserré afin de faire des économies, une mesure symbolique face au mouvement de contestation lancé il y a trois semaines contre la hausse vertigineuse des prix et la politique d'austérité.

Depuis la sécession il y a un an du Soudan du Sud, qui a hérité des trois-quarts des réserves de pétrole, l'économie et l'Etat soudanais sont au bord de la faillite.

Par mesure d'économie, le gouvernement passe de 31 à 26 membres, essentiellement par un regroupement de portefeuilles, selon les médias officiels.

Le ministère de l'Information fusionne avec la Culture, l'Electricité avec l'Eau, les Ressources humaines avec le Travail, tandis que la Coopération internationale disparaît. La Défense et la Sécurité, les deux poids-lourds du budget soudanais, ne changent pas de main.

Les six ministres concernés par cette restructuration ont prêté serment lundi devant M. Béchir, qui a récemment limogé tous ses conseillers par mesure d'économie.

Selon Safwat Fanous, professeur de sciences politiques à l'Université de Khartoum, les salaires et avantages des ministres et des parlementaires ont également été réduits d'environ 30%.

Désormais, un ministre gagne environ 7.000 livres soudanaises par mois (près de 1.600 dollars), le double d'un professeur d'université et 20 fois plus qu'un policier, selon M. Fanous.

Le plan d'austérité annoncé le 18 juin dans un pays où l'inflation est proche de 30% par mois prévoit surtout l'abandon progressif des subventions sur les carburants, dont les prix ont bondi de 50%, une augmentation de la TVA et d'autres impôts et une dévaluation de la livre soudanaise.

it/fc/cnp

PLUS:afp