NOUVELLES

Accord entre Annan et Assad sur une "approche" à soumettre aux rebelles

09/07/2012 06:30 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT

L'émissaire international pour la Syrie Kofi Annan a annoncé lundi être parvenu à un accord avec le président Bachar al-Assad sur une "approche" qui sera soumise aux rebelles en vue de la fin des violences dans le pays.

"Nous avons discuté de la nécessité de la fin des violences et des moyens d'y parvenir. Nous nous sommes mis d'accord sur une approche que je vais partager avec l'opposition armée", a indiqué M. Annan à la presse à Damas après sa rencontre avec le chef de l'Etat syrien.

"Je quitte la Syrie mais nous continuerons notre dialogue et, comme je l'ai signalé, l'approche que nous avons discuté en vue de la fin des violences sera partagée avec l'opposition armée", a-t-il encore souligner, sans dévoiler le contenu de l'accord.

"Nous avons une équipe sur le terrain qui continuera (ce dialogue) et j'encourage le gouvernement et autres entités influentes à nous aider dans cela", a-t-il ajouté.

L'émissaire a précisé avoir tenu des "discussions très franches et constructives" avec M. Assad, dont le régime réprime depuis près de 16 mois un mouvement de contestation qui s'est militarisé au fil des mois.

L'émissaire, qui avait reconnu samedi l'échec de son plan de sortie de crise en six points, a exprimé lundi sa volonté d'en poursuivre l'application.

"Ils (les Syriens) m'ont assuré de l'engagement du gouvernement au plan en six points que nous devons désormais mieux appliquer que jusqu'à présent", a affirmé M. Annan.

"J'ai également souligné l'importance d'aller de l'avant dans le dialogue politique, que le président approuve", a précisé encore M. Annan.

Auparavant, le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdessi, avait également qualifié sur Twitter la réunion entre les deux hommes de "constructive".

"La mise en oeuvre du plan en six points a été au coeur des discussions qui ont porté également sur la manière d'aller de l'avant", a indiqué M. Makdessi en référence au plan de sortie de crise resté lettre morte.

M. Annan a rencontré par la suite le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, selon le porte-parole.

"Au cours des deux réunions, on a assuré M. Annan de l'engagement de la Syrie à l'application du plan en six points et espéré que l'autre partie (l'opposition) est tout aussi engagée", a encore tweeté M. Makdessi.

Samedi, M. Annan a reconnu l'échec de sa mission, estimant qu'il n'y avait "aucune garantie" sur une future réussite.

Les violences sur le terrain ont rendu caduc le plan de M. Annan, les troupes gouvernementales ne cessant de bombarder les fiefs rebelles et les combats entre armée et rebelles gagnant en intensité.

Ce plan stipule, outre la fin des violences, un dialogue politique, l'acheminement de l'aide humanitaire vers les zones touchées par les combats, la fin des détentions arbitraires, la liberté de circulation pour les journalistes, la liberté d'association et le droit de manifester pacifiquement.

rim-ram/hj

PLUS:afp