NOUVELLES

Ryan Hunter-Reay porte à 3 sa série de victoires en triomphant à Toronto

08/07/2012 03:09 EDT | Actualisé 07/09/2012 05:12 EDT

TORONTO - Après avoir remporté les deux dernières épreuves sur des circuits ovales, Ryan Hunter-Reay a démontré qu'il pouvait aussi être dominant sur un circuit routier, dimanche, en remportant le Honda Indy de Toronto.

En plus de s'emparer des commandes du classement général de la série IndyCar, Hunter-Reay a mené durant les 28 derniers tours de l'épreuve torontoise qui en comptait 85. Il est aussi devenu le premier pilote américain à remporter trois courses consécutives depuis AJ Allmendinger en 2006.

«Trois de suite, je suis bouche bée, a convenu Hunter-Reay. Ça démontre que cette équipe peut triompher sur chaque circuit.»

Il s'agissait de sa huitième victoire en carrière et de sa quatrième en 18 courses. Il avait terminé troisième l'an dernier à Toronto.

Hunter-Reay a pu éviter le pire, et il a devancé de justesse Charlie Kimball au coin avant de le repousser jusqu'au drapeau jaune final. Kimball a terminé deuxième, suivi de Mike Conway.

L'Américain a confirmé sa victoire sous le drapeau jaune, après qu'une série de carambolages eurent marqué la dernière relance avec trois tours à compléter. Les problèmes ont commencé lorsque Sébastien Bourdais a accroché un adversaire et s'est retrouvé dans les pneus au virage no 1.

«Trop d'idiots, c'est certain», a lancé Bourdais, ajoutant que c'est Kimball qui l'avait propulsé contre le mur. «Il ne devrait pas être sur le podium, il ne le mérite pas.»

Quelques secondes plus tard, Dario Franchitti, Ryan Briscoe, Simon Pagenaud et Ed Carpenter ont entraîné un carambolage dans le virage no 3.

Une erreur fatale de Franchitti l'a empêché de défendre son titre avec succès. L'Écossais, qui détenait la pole position, était en deuxième position lorsqu'il est entré aux puits au 27e tour. Il a immobilisé son bolide hors de la portée du boyau de revitaillement et a perdu du temps alors que ses équipiers devaient le ramener à proximité de la pompe.

Power, le rival de Franchitti et double gagnant de l'épreuve de Toronto, s'est élancé de la deuxième place et a pris les commandes après six tours. Il a toutefois été contraint de retraiter aux puits après que son aileron avant se soit brisé et ait tranché deux de ses pneus, et a finalement terminé 15e.

Entre-temps, Alex Tagliani, de Lachenaie, n'a jamais été dans le coup après être parti de la 16e position et a abouti au 10e échelon.

«Terminer la journée en 10e position c'est assez incroyable, a commenté Tagliani. Je pense que nous avions une voiture rapide, mais nous n'avons jamais pu le prouver. Nous avons eu un problème avec l'aile tôt dans l'épreuve, puis avec la pression des pneus, et finalement lorsque la voiture est devenue bonne, nous n'avions plus de sixième vitesse.

«Je suis très fier.»

Des problèmes mécaniques ont ruiné le week-end de l'Ontarien James Hinchcliffe, qui a abdiqué au 28e tour.

«Nous avons éprouvé des ennuis mécaniques et avons perdu de la puissance au niveau du moteur, c'est vraiment dommage, a dit Hinchcliffe, qui a grandi en banlieue de Toronto. Ça m'a brisé le coeur de devoir abandonner aussi tôt dans l'épreuve.»

La série fait relâche cette semaine avant de prendre d'assaut le tarmac de l'aéroport d'Edmonton, en Alberta, pour l'épreuve du 22 juillet.

PLUS:pc