NOUVELLES

L'Impact a été en mesure de s'ajuster à la mi-temps pour vaincre le Crew

08/07/2012 11:04 EDT | Actualisé 07/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Même s'il a été menaçant en plus de limiter les occasions pour ses adversaires, l'Impact de Montréal se devait d'apporter les ajustements nécessaires à la mi-temps pour signer cet important gain de 2-1 contre le Crew de Columbus.

C'était palpable en première demie: l'Impact tentait coûte que coûte de rejoindre l'attaquant italien Marco Di Vaio. Mais si la cohésion s'installe peu à peu entre le nouveau-venu et sa nouvelle équipe, elle n'est pas encore à point.

C'est ce dont a discuté l'entraîneur-chef Jesse Marsch avec ses ouailles à la mi-temps.

«On sentait qu'on forçait le dernier jeu un peu trop, a expliqué Marsch. J'ai demandé à Marco d'être moins impatient dans ses actions. Comme équipe, on doit encore s'acclimater à lui, à son synchronisme. Je crois qu'en deuxième demie, il s'est très bien ajusté et que nous avons été plus patients.»

Di Vaio a pour la première fois disputé 90 minutes depuis qu'il s'est joint à l'Impact. L'ex-international italien a de plus été menaçant en plusieurs occasions. Il a d'ailleurs récolté son premier point dans le maillot bleu, blanc et noir en obtenant une aide sur le but égalisateur de Zarek Valentin.

Marsch a notamment souligné le travail des milieux de terrain Lamar Neagle et Sanna Nyassi, qui ont bien complété Di Vaio sur le terrain.

«Je crois qu'autant Lamar que Sanna étaient en mouvement, ce que nous leur avions demandé. Les deux ont connu un fort match, mais ce serait bien si Sanna pouvait concrétiser sa dernière action un peu plus souvent», a noté Marsch, sourire en coin.

Marsch a aussi vanté le travail de Valentin, qui a marqué son premier but en carrière.

«C'est un autre aspect de notre jeu dont nous avons discuté à la mi-temps: être plus agressifs avec nos défenseurs latéraux. Si, quand les défenseurs adverses se compromettent, nos défenseurs latéraux peuvent être plus rapides à foncer, ça peut se transformer en un tir au lieu d'un centre. C'est exactement ce qui s'est passé sur ce jeu. Au lieu d'être en retrait et de se retrouver avec un centre comme seule option, Zarek a tiré de l'intérieur de la surface et ça nous a procuré un but.»

Les Ultras célèbrent 10 ans

Les Ultras, fan club officiel de l'Impact, célébraient leur 10e anniversaire d'existence et Marsch n'a pas manqué de souligner leur apport.

«Cette section derrière le filet est plutôt impressionnante à regarder. Leur dévouement à pousser derrière l'équipe pendant 90 minutes a été fantastique et ils semblent prendre de l'ampleur à chaque match, en nombre et en énergie dégagée! (Dimanche) soir, ils nous ont aidés. Ils nous ont aidés à pousser à la fin de la rencontre et à aller chercher la victoire.

«J'espère qu'on continuera de voir de belles foules ici, a-t-il ajouté en référence aux 15 118 spectateurs venus au stade Saputo, car je crois que cette équipe mérite d'être supportée. C'est un bon groupe d'hommes.»

Pour l'occasion, le capitaine du match, Patrice Bernier, qui a remplacé Davy Arnaud, suspendu en raison d'une accumulation de cartons, a porté un brassard spécial dessiné par un membre des Ultras.

PLUS:pc