NOUVELLES

Libye: la coalition de partis libéraux annonce être en tête des élections

08/07/2012 08:37 EDT | Actualisé 07/09/2012 05:12 EDT

TRIPOLI, Libye - Les premières élections nationales de la Libye en près de cinquante ans laissaient croire, dimanche, que des partis à tendance libérale auraient gain de cause contre leurs rivaux islamistes.

Si ces indices devaient se concrétiser, les élections en Libye créeraient un précédent dans le processus électoral ayant suivi le printemps arabe, avec des victoires écrasantes de partis islamistes en Égypte comme en Tunisie.

La tendance émergeant de résultats des élections législatives de samedi en Libye sont toutefois susceptibles de changer au cours des prochains jours, en raison du système de sélection aux deux tiers. Le dépouillement non-officiel et encore incomplet des bulletins de vote enregistrés dans les plus grandes villes libyennes suggère néanmoins que ce sont les formations libérales qui mènent, devançant les Frères musulmans et leurs alliés.

Avec de tels résultats, qui sont encore loin d'être certains, un revers important serait essuyé par les islamistes de la région. Leur mouvance est montée en puissance depuis la chute, au Caire comme à Tunis, de régimes alliés de l'Occident.

Cela pourrait également illustrer les différences politiques qui animent la Libye, où la loyauté aux tribus est encore profondément ancrée et des groupes tels les Frères musulmans ont déjà collaboré avec l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi.

L'Alliance des forces nationales, coalition de partis libéraux, est en tête des élections législatives, a déclaré dimanche son secrétaire général Faiçal Krekshi, citant des représentants du parti dans des centres de dépouillement.

Il n'a pas fourni de plus amples précisions, en attendant les résultats officiels de la Commission électorale. Ceux-ci devraient être annoncés au cours des jours à venir. Des représentants des islamistes ont déclaré de leur côté que l'Alliance des forces nationales semblait bénéficier d'une nette avance.

Ces résultats portent sur les 80 sièges réservés aux listes des partis politiques dans le futur Congrès national général de 200 membres. Les 120 autres sièges concernent les candidats indépendants.

Une alliance libérale menée par l'ancien rebelle et premier ministre Mahmoud Jibril semblait détenir plus de la moitié des sièges dans la capitale, Tripoli, de même que dans le bastion de l'opposition, Benghazi, selon plusieurs représentants de partis ayant requis l'anonymat.

Dans l'ouest de la Libye, où la tribu de M. Jibril, les Warfalla, est majoritaire, son parti semblait aussi sur la bonne voie aux premières étapes du dépouillement, ont indiqué des responsables politiques.

Et dans la troisième ville en importance au pays, Misrata, qui a été assiégée par les forces de Khadafi pendant des semaines, une nouvelle formation de politiciens locaux se qualifiait pour prendre la tête.

Quelque 2,8 millions de Libyens étaient appelés aux urnes samedi pour les premières élections législatives de l'après-Kadhafi, premier scrutin libre après plus de 40 ans de dictature. Les électeurs désignaient les 200 membres d'un Congrès national général, parmi 3700 candidats dont 585 femmes.

La nouvelle assemblée sera chargée de nommer dans les 30 jours un nouveau gouvernement de transition qui gérera les affaires courantes jusqu'à l'adoption d'une nouvelle Constitution. De nouvelles élections devraient être organisées en 2013.

PLUS:pc