NOUVELLES

Deux agents de la DEA ont abattu un présumé trafiquant de drogue au Honduras

08/07/2012 10:52 EDT | Actualisé 07/09/2012 05:12 EDT

TEGUCIGALPA, Honduras - L'un des pilotes d'un avion soupçonné de transporter de la drogue ayant perdu la vie durant une opération policière au Honduras mardi a été abattu par deux agents de la Drug Enforcement Admnistration (DEA) des États-Unis, a annoncé dimanche une porte-parole de l'agence américaine de lutte contre le narcotrafic.

Au moment des faits, la police hondurienne avait déclaré que le bimoteur parti de la Colombie avec un chargement de cocaïne s'était écrasé alors qu'il était pourchassé par les appareils du gouvernement. L'un des pilotes a été grièvement blessé et l'autre tué. Les autorités n'avaient donné aucun détail sur la cause du décès.

La porte-parole de la DEA, Dawn Dearden, a révélé dimanche que, lorsque les policiers étaient arrivés sur les lieux de l'écrasement dans l'est du Honduras, ils avaient trouvé les deux hommes. Celui qui était blessé a été arrêté et l'autre a été abattu par deux agents américains après qu'il eut refusé de se rendre et fait un geste potentiellement dangereux.

Mme Dearden a indiqué à l'Associated Press que les deux suspects avaient reçu les premiers soins et avaient été transportés par hélicoptère à un endroit sécuritaire. Elle a ajouté que celui qui avait résisté à son arrestation était mort de suites de ses blessures.

Elle a précisé que l'opération avait permis de saisir près d'une tonne de cocaïne.

C'est la deuxième fois qu'un agent de la DEA tue quelqu'un en Amérique centrale depuis que l'agence a commencé à déployer des employés spécialement formés pour prêter main-forte aux forces de l'ordre locales dans leur lutte contre le trafic de stupéfiants.

À la fin du mois de juin, un agent avait abattu un présumé narcotrafiquant alors qu'il tentait de dégainer son revolver durant un raid dans une région éloignée du nord du Honduras.

Les efforts internationaux pour éradiquer le narcotrafic au Mexique et dans les Caraïbes a poussé les trafiquants à déplacer leurs activités en Amérique centrale, par où passe maintenant 84 pour cent de la cocaïne destinée aux États-Unis selon Joint Task Force-Bravo, une organisation militaire américaine basée à Comayagua, au Honduras.

PLUS:pc