NOUVELLES

Tunisie: légalisation du nouveau parti de l'ex-Premier ministre Caïd Essebsi

07/07/2012 10:40 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Le nouveau parti centriste de l'ancien premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi, Nida' Tounès (L'Appel de la Tunisie), vient d'être légalisé, a-t-on appris samedi auprès de son porte-parole, Ridha Belhaj.

M. Caïd Essebsi, chef du premier gouvernement de transition après la chute du régime Ben Ali, ambitionne constituer un front qui mettrait fin à l'émiettement des plus de 120 partis nés, pour la plupart, après la Révolution de jasmin et constituer ainsi une alternative à la coalition actuellement au pouvoir en vue des élections de mars 2013.

Selon M. Belhaj, Nida' Tounès «reste ouvert à une alliance avec d'autres partis démocratiques et modernistes». Des discussions sont ainsi en cours avec El-Joumhouri (le Parti républicain) de Maya Jribi et El-Massar (la Voie démocratique et sociale) d'Ahmed Brahim, a-t-il noté.

Soutenue par des organisations modernistes de la société civile et plusieurs formations d'opposition, dont les héritiers du Néo-Destour du père de l'indépendance tunisienne, l'initiative de Caïd Essebsi suscite quelques appréhensions au sein de la «troïka» au pouvoir dirigée par le mouvement islamiste Ennahdha.

Pour contrer la menace, plusieurs responsables du parti de Rached Ghannouchi s'apprêtent, avec leurs alliés du Congrès pour la République (CPR) du chef de l'État Moncef Marzouki, à présenter à l'Assemblée nationale constituante un projet de loi excluant de la vie politique les anciens responsables du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) au pouvoir sous Ben Ali, dont nombre se présentent sous la bannière des destouriens.

PLUS:pc