NOUVELLES

Paix avec les talibans: des groupes dissidents brouillent les cartes

07/07/2012 06:42 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

ISLAMABAD - Alors que les États-Unis et leurs alliés tentent de négocier une entente de paix avec les talibans avant que toutes leurs troupes ne quittent l'Afghanistan en 2014, un nouvel obstacle a surgi: des groupes d'insurgés dissidents opposés à l'entente qui prend forme, compliquant les espoirs américains de laisser derrière eux un pays stable.

Ces groupes dissidents ont récemment démontré leur puissance lors de deux attaques, l'une ciblant un haut responsable taliban, et l'autre, un membre haut placé du Haut Conseil pour la paix du gouvernement.

Ces nouvelles violences s'ajoutent aux difficultés à conclure une entente avec les talibans alors que le temps file; il ne reste plus que deux ans et demi avant le retrait programmé. L'incapacité de tenir compte de tous ces nouveaux joueurs dans le paysage ethnique et politique varié de l'Afghanistan menace de plonger le pays dans des affrontements civils plus importants.

Moeed Yusuf, du U.S. Institute of Peace, à Washington, met en garde contre le fait que l'Afghanistan semble se préparer à répéter la dévastation survenue au début des années 1990 après le retrait soviétique. À cette époque, les factions rebelles rivales auparavant unies contre Moscou se sont entredéchirées, causant la mort de dizaines de milliers de civils et pavant la voie à la domination talibane.

Les États-Unis ont entamé des négociations clandestines avec les talibans l'an dernier, aidés en ce sens par l'Allemagne, alors que les réunions avaient lieu au Qatar. Un haut diplomate américain a indiqué que le but de Marc Grossman, le représentant spécial de Washington pour l'Afghanistan et le Pakistan, était simple : obtenir une entente de paix en Afghanistan.

Les discussions ont toutefois été rompues en début d'année, et les talibans ont mené une série d'attaques de plus en plus violentes depuis six mois contre un groupe de militants islamistes appelé Hezb-e-Islami. Ceux-ci sont menés par le seigneur de guerre Gulbuddin Hekmatyar, un ancien allié des Américains devenu ennemi. Les combats ont muté en une guerre ouverte dans certaines parties de l'Afghanistan.

Selon certains intervenants, seule la fatigue des combats constants pourrait permettre de compléter le processus de paix, les diverses factions dissidentes pouvant se retrouver isolées et abandonnées si les talibans signent un accord de paix avec le gouvernement central et les forces occidentales.

PLUS:pc