NOUVELLES

Murray veut stopper une longue disette britannique au tournoi de Wimbledon

07/07/2012 03:30 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

WIMBLEDON, Royaume-Uni - Les Britanniques s'y connaissent en matière de couronnement, et il y en aura un pour Roger Federer ou Andy Murray à Wimbledon, dimanche.

La reine Élisabeth II sera retenue ailleurs, mais Kate Middleton et le premier ministre David Cameron seront parmi l'assistance pour la finale des hommes.

Un nouveau chapitre fort intéressant devrait s'ajouter à l'histoire de ce tournoi, qui a déjà la plus riche tradition du tennis.

Federer peut ajouter à sa récolte record de 16 titres du Grand chelem, et il égalerait un record avec un septième triomphe à Wimbledon. Le Suisse peut aussi redevenir numéro un de l'ATP pour la première fois depuis juin 2010, ce qui lui permettrait d'égaler le record de Pete Sampras de 286 semaines au sommet.

«Il y a de grands enjeux pour moi», a dit Federer.

Murray veut devenir le premier Britannique à remporter un tournoi majeur depuis les triomphes de Fred Perry à Wimbledon et aux championnats américains, en 1936.

«Je joue de l'excellent tennis depuis le début du tournoi, a dit Murray, 25 ans. Je dois juste essayer de maintenir le même niveau jusqu'en finale.»

Les Britanniques aiment Federer, dont le jeu gracieux convient si bien au All England Club. Pour certais il sera le favori sentimental, n'ayant pas gagné de tournoi majeur depuis deux ans et demi. À 30 ans, il pourrait devenir le premier joueur ayant franchi ce cap à remporter Wimbledon depuis Arthur Ashe, en 1975.

Le soutien pour Murray a une base plus géographique, et même là ça se complique. Il est natif de l'Écosse et quand il n'a pas autant de succès, les Anglais ont tendance à parler de lui en tant qu'Écossais, et non comme Britannique.

Les Britanniques ont inventé le tennis, puis ils ont inauguré Wimbledon en 1877. Ils ont remporté le titre masculin 35 fois - plus que tout autre pays, mais la disette sans champion venant du pays dure depuis la Deuxième guerre mondiale. Chez les dames, aucune Anglaise n'a soulevé le trophée depuis Virginia Wade, en 1977.

Murray a perdu en demi-finale lors des trois dernières années, à Wimbledon, et il n'a pas encore gagné de set en trois présences en finale de Grand chelem. Il s'est incliné devant Federer en finale de Flushing Meadows, en 2008, puis en match ultime des Internationaux d'Australie en 2010.

Murray a fait une percée en battant Jo-Wilfried Tsonga en demi-finale, devenant le premier Anglais à passer en finale de Wimbledon depuis Bunny Austin, en 1938.

«Ça fait 10 ans que les gens disent que ça pourrait bien être lui qui mette fin à cette disette-là, a mentionné John McEnroe, triple champion de Wimbledon. Certains se posaient des questions après un certain temps et je m'inclus là-dedans, mais il a fait taire les critiques. C'est un grand accomplissement pour lui.»

Murray bénéficie de l'aide d'Ivan Lendl, son entraîneur depuis le début de l'année. Ce dernier a perdu ses quatre premières finales de Grand chelem, mais il a ensuite gagné pas moins de huit tournois majeurs.

PLUS:pc