NOUVELLES

L'Iran ne fermera le détroit d'Ormuz que si ses intérêts sont gravement menacés

07/07/2012 02:37 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

TÉHÉRAN, Iran - L'Iran menace de bloquer le stratégique détroit d'Ormuz, dans le golfe Persique, si ses intérêts sont sérieusement menacés, a soutenu un haut commandant de l'armée iranienne, samedi.

Le général Hasan Firouzabadi a ainsi déclaré que Téhéran avait bel et bien mis au point un plan prévoyant la fermeture du détroit, où transite le cinquième de la production planétaire de pétrole.

Cité par Press TV, il a ajouté qu'«une nation chiite» (l'Iran) agissait de façon «raisonnable» et n'accepterait pas une fermeture du passage maritime à moins que ses intérêts nationaux ne soient gravement menacés.

Les propos du général Firouzabadi, chef d'état-major des forces armées iraniennes, surviennent plusieurs jours après que le bloc européen se soit entendu pour instaurer un embargo complet sur le pétrole iranien. Cette sanction a été adoptée relativement au refus de Téhéran de suspendre son programme d'enrichissement d'uranium.

Une telle interruption dans les importations de pétrole brut de l'Iran devrait avoir pour effet de rehausser d'un cran les pressions exercées contre la République islamique pour qu'elle cesse d'enrichir de l'uranium à 20 pour cent.

Les puissances occidentales craignent que l'Iran ne se serve de ce matériel pour la construction d'une arme de destruction massive d'ici quelques mois. L'uranium enrichi à 20 pour cent dépasse largement les 3,5 nécessaires à l'alimentation des centrales. Téhéran affirme toutefois que ses réacteurs nucléaires servent uniquement à des fins de production d'énergie et de recherches.

Les députés iraniens ont élaboré un projet de loi qui forcerait l'armée nationale à intercepter les pétroliers en direction de pays ayant adhéré à l'embargo. Le porte-parole du Parlement iranien, Ali Larijani, a toutefois indiqué samedi que le projet de loi n'avait pas encore été étudié par les élus, selon ce qu'a rapporté un média local.

Les puissants Gardiens de la révolution iranienne ont déjà menacé dans le passé de fermer le détroit si les exportations de pétrole du pays étaient bloquées.

PLUS:pc