NOUVELLES

Libération d'un ex-responsable mauritanien d'Al-Qaïda détenu à Nouakchott

07/07/2012 12:18 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

Un ex-responsable mauritanien d'Al-Qaïda, Mahfoud Ould Waled, arrêté en 2002 en Iran et rentré en avril dans son pays où il était détenu, a été libéré, a-t-on appris samedi auprès de sa famille.

Mahfoud Ould Waled, remis en liberté jeudi soir, "est désormais libre" et "vit depuis deux jours avec sa famille. Aucun soupçon ne pèse plus sur lui", a affirmé à l'AFP un membre de sa famille.

M. Ould Waled a rencontré, durant sa détention en Mauritanie, "plusieurs délégations (sécuritaires) étrangères, américaine notamment, qui lui ont posé des questions relativement aux raisons de l'animosité des islamistes vis-à-vis des Etats-Unis" qu'il a liée à la question palestinienne, selon la même source.

Elle a estimé que "ses visiteurs lui ont par contre confirmé son innocence par rapport à Al-Qaïda et aux attentats du 11 septembre 2001" aux Etats-Unis.

Présenté comme un proche d'Oussama Ben Laden jusqu'en 2001, M. Ould Waled était arrivé à Nouakchott le 5 avril en provenance d'Iran, où il était en résidence surveillée pour "appartenance à Al-Qaïda".

Selon une source sécuritaire mauritanienne, le retour dans son pays de cet ancien membre d'Al-Qaïda "a été facilité par le gouvernement mauritanien" après qu'il eut révisé ses positions et "renoncé publiquement à ses convictions jihadistes".

M. Ould Waled a été un des premiers muftis (exégètes du Coran) des talibans quand ces derniers dirigeaient l'Afghanistan et accueillaient Oussama Ben Laden, chef d'Al-Qaïda tué le 2 mai 2011 par un commando américain au Pakistan.

Les deux hommes se seraient séparés après des divergences sur les attentats du 11 septembre 2001, que le Mauritanien jugeait "illégaux au regard de la charia" (loi islamique), selon un spécialiste du dossier.

M. Ould Waled avait fui vers l'Iran après l'invasion de l'Afghanistan par l'armée américaine fin 2001, suivie de la chute du régime des talibans.

Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a fait allégeance à Al-Qaïda en 2006, est actif depuis plusieurs années dans la région, notamment en Mauritanie où il s'est livré à des attentats et a enlevé plusieurs Occidentaux.

hos/mrb/aub

PLUS:afp