NOUVELLES

Le gouvernement canadien dit soutenir le processus électoral en cours en Libye

07/07/2012 08:47 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Ottawa a pris note du «côté émotif» et de «l'importance» des élections tenues samedi en Libye.

Les Libyens se sont rendus aux urnes dans le cadre des premières élections libres depuis des décennies. Celles-ci surviennent après le renversement, l'an dernier, du dictateur de longue date Mouammar Kadhafi, par des rebelles aidés par les forces aériennes de l'OTAN, y compris des chasseurs canadiens.

Rich Roth, porte-parole du ministre des Affaires étrangères John Baird, a indiqué que le Canada «se tenait aux côtés du peuple libyen» alors que celui-ci travaillait à solidifier les fondations de la liberté, de la démocratie, des droits de la personne et de l'État de droit dans ce pays.

«Nous sommes inspirés par tous ceux qui, après avoir lutté contre la tyrannie et cru qu'un futur meilleur était possible, se sont déplacés [samedi] pour voter et avoir leur mot à dire dans le choix de ceux qui permettront à leur pays d'aller de l'avant», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Les Libyens élisent les 200 membres d'une Assemblée, dont la première tâche sera de nommer un nouveau gouvernement.

Mais malgré le pas le plus visible vers la démocratie du pays depuis la mort de Kadhafi en octobre dernier, les violences et les manifestations survenues lors des élections sont un rappel des défis qui doivent encore être relevés, des défis que le Canada reconnaît.

Des attaques ont eu lieu contre des bureaux de vote dans l'est du pays, où certains Libyens sont en colère à propos de ce qu'ils voient comme une domination de leurs rivaux de la Libye occidentale.

Une personne a été tuée et deux ont été blessées dans la région.

Malgré tout, le député canadien libéral Jim Karygiannis, qui se trouvait en Libye pour observer les élections, a indiqué que la majorité des résidants du pays riche en ressources pétrolières semblaient heureux alors qu'ils déposaient leurs bulletins de vote.

«Il ne s'agit pas d'une élection, c'est une fête de libération. Chacun est joyeux, fier, content et excité», a-t-il dit par courriel.

«Les Libyens ont modifié leurs habitudes pour être amicaux et accommodants, transparents et ouverts.»

Près de 2,9 millions de Libyens, ou 80 pour cent des citoyens pouvant voter, se sont enregistrés pour les élections, et plus de 3000 candidats ont recouvert le pays d'affiches et de panneaux. Des responsables électoraux ont indiqué que le taux de participation avait atteint 60 pour cent, et le décompte des voix a débuté.

La dernière élection parlementaire en Libye remonte à 1964, cinq ans avant que le coup d'État militaire de Mouammar Kadhafi ne renverse la monarchie. Le règne de 42 ans de Kadhafi a pris fin lorsqu'il a été tué après des mois d'une violente guerre civile.

Les leaders intérimaires qui ont pris le pouvoir après son décès ont largement échoué à contrôler les milices armées et à offrir un climat sécuritaire tout en aggravant les disputes régionales et tribales qui se sont transformées en combats meurtriers à une fréquence alarmante.

Le nouveau parlement qui sera élu est lui-même temporaire, chargé de former un nouveau gouvernement qui occupera le pouvoir jusqu'à ce qu'une nouvelle constitution soit écrite pour que de nouvelles élections aient lieu l'an prochain.

PLUS:pc