NOUVELLES

Des dizaines de milliers de Mexicains marchent contre le président Pena Nieto

07/07/2012 08:44 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

MEXICO - Des dizaines de milliers de manifestants ont marché dans la capitale du Mexique, samedi, pour dénoncer la victoire probable d'Enrique Pena Nieto, accusant son parti d'avoir acheté des votes pour l'aider à gagner le récent scrutin présidentiel.

Les manifestants, incluant des étudiants, des jeunes et des gauchistes, prétendent que le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) a donné des sacs d'épiceries, des cartes-cadeaux prépayées et autres biens aux électeurs avant le vote national du 1er juillet.

Certains manifestants brandissaient des affiches sur lesquelles on pouvait lire «Pena, quel prix avez-vous payé pour devenir président?» et «Mexique, vous avez mis votre avenir en gage pour 500 pesos».

Les autorités municipales de Mexico estiment que 50 000 personnes se sont rassemblées à la place Zocalo.

«La fraude a été réalisée avant les élections, en achetant des votes, en trompant le peuple», a déclaré Gabriel Petatan Garcia, un étudiant en géographie qui transportait une affiche en finlandais. Les protestataires étaient munis de pancartes rédigées en plusieurs langues pour attirer l'attention de la presse internationale.

M. Pena Nieto, un jeune politicien de 45 ans marié à une vedette de télévision, a remporté l'élection présidentielle de dimanche dernier par près de 6,6 points de pourcentage, selon le décompte officiel, ramenant le PRI au pouvoir après une parenthèse de 12 ans. Le parti a dirigé le Mexique pendant 71 ans consécutifs, supposément avec l'aide de la corruption et de la fraude électorale.

Un décompte final a révélé que M. Pena Nieto avait reçu 38,21 pour cent des voix, dépassant le gauchiste Andres Manuel Lopez Obrador du Parti de la révolution démocratique à 31,59 pour cent, et Josefina Vazquez Mota du Parti d'action nationale conservateur, à 25,41 pour cent des voix. Le petit Parti de la nouvelle alliance n'a récolté que 2,29 pour cent des votes.

Ces résultats doivent être certifiés en septembre par le Tribunal électoral fédéral. Celui-ci a refusé d'annuler le résultat de précédentes élections contestées, y compris un résultat de 2006 qui était beaucoup plus serré que celui de dimanche dernier.

Les accusations d'achat de votes ont commencé à faire surface en juin, mais se sont multipliées en juillet lorsque des gens se sont précipités dans des épiceries des banlieues de Mexico pour utiliser des cartes-cadeau prépayées valant environ 100 pesos (7,50 $ US). Plusieurs ont dit avoir reçu les cartes de partisans du PRI avant les élections.

Au dire de M. Lopez Obrador, des millions d'élections ont reçu des cartes-cadeaux, de l'argent comptant, de la nourriture, des matériaux de construction ou des électroménagers.

Donner simplement de tels cadeaux n'est pas illégal en vertu de la loi électorale mexicaine, du moment que les dépenses sont rapportées aux autorités électorales. Donner des cadeaux pour influencer le vote est un crime, bien qu'il ne soit généralement pas vu comme un motif suffisant pour renverser un résultat électoral.

Leonardo Valdes, le président de l'Institut électoral fédéral, a déclaré qu'il ne voyait pas de motifs pour annuler les résultats de la présidentielle, mais a précisé qu'une enquête sur les cartes-cadeaux avait été lancée.

Eduardo Sanchez, porte-parole du PRI, a dit plus tôt cette semaine que le don de cartes-cadeaxu était une «représentation théâtrale» montée par la gauche. M. Sanchez a affirmé que des partisans de M. Lopez Obrador avaient emmené des centaines de personnes dans des magasins, les avaient vêtus de chandails du PRI, leur avaient donné des cartes-cadeaux, avaient vidé les étalages pour faire croire à des achats effectués en état de panique, et avaient fait venir les caméras de la télévision pour créer la fausse impression que le PRI avait distribué les cartes.

Cesar Yanez, le porte-parole de la campagne de M. Lopez Obrador, a nié les accusations du PRI.

PLUS:pc