NOUVELLES

Birmanie: des étudiants ont été arrêtés en vue d'une cérémonie commémorative

07/07/2012 03:24 EDT | Actualisé 06/09/2012 05:12 EDT

RANGOUN, Myanmar - Plus d'une vingtaine de militants politiques ont été brièvement détenus par les autorités de la Birmanie en réaction à la commémoration, prévue samedi, du cinquantième anniversaire d'une brutale répression militaire menée contre un mouvement étudiant.

Bien qu'ils aient tous été libérés après environ 24 heures, leurs collègues ont dénoncé ces détentions, affirmant que c'était là une preuve du caractère encore répressif du nouveau gouvernement birman. Le président de la Birmanie, Thein Sein, a récemment mis en oeuvre des réformes démocratiques qui ont été saluées un peu partout à travers le monde.

Le leader de la Fédération nationale des étudiants de Birmanie (ABFSU), Kyaw Ko Ko, a indiqué que 23 personnes avaient été arrêtées dans le cadre de cette répression amorcée vendredi soir. L'ABFSU avait organisé la tenue de la cérémonie commémorative des événements du 7 juillet 1962.

À l'époque, des étudiants de Rangoun, la plus importante ville du pays, s'étaient rassemblés pour manifester contre le régime militaire du général Ne Win, qui avait pris le pouvoir quatre mois plus tôt.

Les protestataires avaient été dispersés par les forces de sécurité, et le lendemain, l'armée avait pilonné le bâtiment abritant l'association étudiante de l'université de Rangoun. Des dizaines d'étudiants auraient péri dans le cadre de cette opération militaire.

Le coup d'État de Ne Win, en 1962, aura été le début de la prise de pouvoir d'une junte militaire répressive, dont le règne s'est échelonné sur près de cinquante ans.

Le président Thein Sein, un ancien général, a été propulsé au pouvoir avec le soutien de l'armée à l'issue de l'élection générale de 2010. Il a instauré des réformes, au nombre desquelles la réconciliation avec la principale figure de l'opposition birmane, Aung San Suu Kyi. Ces changements sont également une tentative de mousser le développement économique du pays et ont été bien reçus par la communauté internationale.

Parmi les personnes brièvement détenues figurent plusieurs militants qui avaient été libérés de prison, en janvier, en vertu de l'amnistie annoncée pour les prisonniers politiques, a expliqué Kyaw Ko Ko. Cet assouplissement fait partie des politiques de libéralisation lancées par le gouvernement de Thein Sein.

PLUS:pc