NOUVELLES

Wall Street finit en baisse, déçue par les chiffres de l'emploi

06/07/2012 04:29 EDT | Actualisé 05/09/2012 05:12 EDT

La Bourse de New York a fini en baisse vendredi, pénalisée par les créations d'emploi moins fortes qu'attendu aux Etats-Unis: le Dow Jones a cédé 0,96% et le Nasdaq 1,30%.

Selon les chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a reculé de 124,20 points à 12.772,47 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 38,79 points à 2.937,33 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a perdu 0,94% (-12,90 points) à 1.354,68 points.

Baromètre de l'économie américaine, le relevé mensuel sur l'emploi a déçu le marché. Les embauches se sont légèrement accélérées aux Etats-Unis en juin mais sont restées trop faibles pour faire baisser le taux de chômage, qui est resté à 8,2%. L'économie américaine a créé ce mois-là 80.000 emplois, contre 100.000 attendus.

"Le marché a été très fort depuis vendredi dernier, il avait besoin de voir les bons chiffres (de l'emploi) qu'il attendait pour rester au même niveau", ce qui n'a pas été le cas, a résumé Michael James, de WedBush Securities.

"C'était plutôt attendu", a fait valoir Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. "On sait ce qui se passe: le marché est dans un rythme de croissance lente, cela ne changera qu'avec des mesures politiques ou le temps", a déclaré le gestionnaire d'actifs.

"La croissance des embauches est particulièrement médiocre", a déploré de son côté Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com.

Pour Ian Shepherdson, économiste chez HFE, cette "médiocrité" va retenir toute l'attention et la pression va s'accroître sur la Fed (la banque centrale américaine) pour qu'elle prenne davantage de mesures afin de soutenir l'économie.

Tous les analystes n'étaient pas aussi négatifs. Maintenant leur prévision d'une accélération des embauches au deuxième semestre, conjuguée à la poursuite de la baisse de l'énergie, les économistes d'Unicredit ont dit s'attendre dans les prochains mois à un accroissement des achats dans l'immobilier, ce qui va permettre "aux dépenses des particuliers de rester le moteur de la croissance de l'économie américaine".

Le marché obligataire a fini en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 1,544% contre 1,597% jeudi, et celui à 30 ans à 2,664% contre 2,722%.

sab/sl/bar

PLUS:afp