NOUVELLES

Tunisie: Le passeport diplomatique d'un chef islamiste fait polémique

06/07/2012 12:08 EDT | Actualisé 05/09/2012 05:12 EDT

Le gouvernement tunisien a démenti vendredi que Rached Ghannouchi, dirigeant du mouvement islamiste au pouvoir Ennahda, et beau-père du chef de la diplomatie, bénéficiait d'un traitement de faveur en disposant d'un passeport diplomatique, un sujet qui suscite la polémique.

"Le président Moncef Marzouki a donné des instructions pour accorder aux chefs des partis politiques représentés à l'Assemblée nationale constituante (ANC) un passeport diplomatique", a affirmé Lotfi Zitoun, conseiller du chef du gouvernement dominé par le parti islamiste.

Pourtant, des partis représentés à l'ANC ont affirmé, notamment à l'AFP, que leurs chefs ne bénéficiaient pas d'un tel document.

Depuis plusieurs jours, le passeport diplomatique de M. Ghannouchi, qui n'a aucune fonction officielle en Tunisie, agite la blogosphère et des médias qui s'interrogent sur les raisons de ce privilège.

Le ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, gendre du chef d'Ennahda, a également nié qu'il s'agisse d’"un privilège exclusif", ajoutant que les autres dirigeants de partis pouvaient s'adresser à son ministère.

Les Tunisiens voient d'un mauvais oeil les signes de favoritisme ou de népotisme familial, la famille du président déchu Zine El Abidine Ben Ali et de son épouse Leïla ayant très largement profité de leurs liens avec le dirigeant renversé en 2011.

ms-kl/alf/cnp

PLUS:afp