MONTRÉAL - Québec a annoncé une enveloppe de deux millions de dollars pour l'organisation du prochain Congrès mondial acadien, à l'été 2014, qui se déroulera pour une première fois sur une partie du territoire québécois.

Trois ministres du gouvernement Charest ont dévoilé vendredi le financement du congrès prévu dans la région de l'Acadie des terres et forêts, qui recoupe les territoires du Québec, du Nouveau-Brunswick et du Maine.

Yvon Vallières, Monique Gagnon-Tremblay et Yves Bolduc, respectivement ministres des Affaires intergouvernementales, des Relations internationales et de la Santé, se sont réjouis de la participation de Québec à une conférence favorisant les liens entre francophones d'Amérique du Nord.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, a lui aussi annoncé vendredi un financement de 2 millions $ pour la tenue du congrès.

Le gouvernement fédéral, par la voix de son ministre associé de la Défense nationale et ministre d'État à la francophonie, Bernard Valcourt, a pour sa part annoncé un investissement de plus de 4 millions $ afin d'appuyer l'organisation de cette cinquième édition du Congrès mondial acadien.

Ottawa investira ainsi 2 millions $ par l'entremise de l'APECA (Agence de promotion économique du Canada atlantique), et 2,5 millions $ dans le cadre du programme «Développement des communautés de langue officielle» de Patrimoine canadien.

Selon le ministre du Patrimoine James Moore, en appuyant ce Congrès, le gouvernement conservateur «renforce l'économie locale et stimule le tourisme dans la région tout en appuyant le secteur des arts et de la culture».

«Le Congrès représente une occasion de célébrer notre riche patrimoine et notre dualité linguistique.»

La région de l'Acadie des terres et forêts inclut le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, le nord du Maine et la région du Témiscouata, au Québec.

Le congrès se tiendra du 8 au 24 août 2014, avec entre autres événements prévus la cérémonie d'ouverture à la borne des trois frontières, la Fête nationale de l'Acadie et la cérémonie de clôture dans le Témiscouata.

Entre autres activités prévues figurent les rencontres de familles, un rassemblement jeunesse, un sommet sur les femmes, des activités communautaires et économiques en plus de volets consacrés aux sports et aux municipalités, entre autres.

La ministre Gagnon-Tremblay a notamment souligné qu'il s'agirait d'un premier événement impliquant cinq gouvernements différents, avec la participation du Québec, du Nouveau-Brunswick, du Maine en plus de celle d'Ottawa et de Washington.

Un premier congrès du genre s'était tenu à Moncton en 1994, avant de s'établir en Louisiane et en Nouvelle-Écosse. La dernière édition avait eu lieu dans la Péninsule acadienne, en 2009.