NOUVELLES

Le CICR dénonce les difficultés d'accès aux soins au Soudan du Sud

06/07/2012 06:29 EDT | Actualisé 05/09/2012 05:12 EDT

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a dénoncé vendredi, un an après la déclaration d'indépendance du Soudan du Sud, la difficulté d'accès aux soins dans ce pays, selon un communiqué publié à Genève.

"Des communautés entières n'ont notamment pas accès aux services médicaux essentiels. La situation est particulièrement critique dans les régions septentrionales situées à la frontière avec le Soudan", indique le CICR, suite aux combats dans cette zone.

"À l'hôpital universitaire de Malakal, le nombre d'enfants admis pour cause de malnutrition est monté en flèche ces trois derniers mois, depuis que les combats se sont intensifiés", a indiqué Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR au Soudan du Sud. "L'état de santé des enfants pris en charge s'est en outre considérablement détérioré", a-t-il ajouté.

Les structures médicales sont rares, ajoute le CICR, et il manque des agents de santé qualifiés. En outre, l'approvisionnement en médicaments et en matériel médical est très restreint.

Selon le ministère de la Santé, le Soudan du Sud ne compte que 120 médecins et 120 infirmières et infirmiers autorisés, pour une population estimée à près de neuf millions d'habitants.

Au Kenya voisin, le ratio est dix fois plus élevé.

Au Soudan du Sud, des maladies comme la méningite, la rougeole, la fièvre jaune et la coqueluche sont endémiques et des maladies évitables comme la malaria et les infections respiratoires aiguës sont les principales causes de problèmes de santé, rappelle le CICR. La bilharziose, la maladie du sommeil et le choléra sont également très répandus.

  Le CICR a ouvert une délégation à Juba, la capitale lors de l'accession à l'indépendance le 9 juillet 2011. Il compte aussi deux sous-délégations, à Malakal et à Wau.

mnb/pjt/jlb

PLUS:afp