NOUVELLES

JO-2012 - La Grande-Bretagne se met à la route

06/07/2012 09:53 EDT | Actualisé 05/09/2012 05:12 EDT

Comblée par ses sept médailles d'or de Pékin sur la piste, la Grande-Bretagne attend de connaître une semblable réussite sur la route avec Mark Cavendish et Bradley Wiggins, candidats au titre olympique en ouverture des épreuves de cyclisme.

Tout un pays espère que "Cav", le sprinter phénomène de l'île de Man, mette sur orbite la délégation britannique. Dès le premier jour des compétitions (28 juillet), au lendemain de la cérémonie d'ouverture, pour la course en ligne, qui est traditionnellement l'une des premières médailles d'or décernées.

Depuis que l'élite du peloton international se dispute le titre (1996), après la suppression de la distinction entre amateurs et professionnels, aucun représentant du Royaume-Uni n'a accédé à la plus haute marche. La seule médaille, le bronze (Atlanta 1996), a été décrochée par l'Italo-Britannique Maximilian Sciandri qui, par coïncidence, a formé et dirigé Cavendish lorsque le tempétueux sprinteur s'était installé à Quarrata, en Toscane.

En août dernier, le "ManxMan Express" s'est adjugé la course préolympique. Il a pris rang de premier favori pour la course en ligne des JO. Mais la distance, sensiblement plus longue, et surtout la répétition des tours de circuit, sur une route étroite et accidentée, avant de revenir dans la capitale anglaise, ajoutent deux inconnues de taille? même s'il a pris soin de maigrir pour mieux passer ce type de bosses. "De quatre kilos", assure-t-il.

A 27 ans, l'homme affirme ne pas se donner de limites. "Trop de coureurs se contentent de gagner une course et passent ensuite leur temps à regarder derrière eux", disait-il l'année passée avant de devenir le premier Britannique champion du monde depuis Tom Simpson (1965).

Son appétit est sans limites et son Tour de France, entamé dans l'ombre envahissante de Wiggins mais très vite lancé par un succès d'étape impressionnant à Tournai (Belgique), lui apporte la confiance nécessaire.

Sera-t-il fatigué pour les JO ? "En 2009, j'ai gagné le Tour de Bochum une semaine après le Tour. Ce n'était pas les Jeux, certes, mais ça prouve quelque chose", a répondu par avance le sprinteur le plus rapide du peloton.

Quatre jours après "Cav", avec lequel il était associé pour la course de l'américaine aux JO de Pékin -8e, un échec pour tous deux-, Wiggins défiera le temps dans un match engagé contre le chronomètre.

A la différence de Cavendish, le Londonien de 32 ans a déjà goûté à l'or aux JO. A trois reprises, la première fois en 2004 (poursuite), ensuite en 2008 (poursuite individuelle et par équipes). Mais c'était sur la piste.

Détenteur de six médailles olympiques depuis 2000, "Wiggo" veut réussir aussi sur la route, dans le contre-la-montre. Sa préparation a d'abord été tournée vers le Tour de France qui, par chance, a accordé la part du roi au "chrono". Cette année, le temps semble jouer pour Wiggins.

jm/ol/jcp

PLUS:afp