NOUVELLES

JO-2006/dopage-ski: six Autrichiens relaxés, trois condamnés

06/07/2012 10:10 EDT | Actualisé 05/09/2012 05:12 EDT

Le président de la Fédération autrichienne de ski (ÖSV), Peter Schröcksnadel, a été relaxé, ainsi que cinq autres membres de l'ÖSV, des accusations de dopage portées contre eux depuis les Jeux Olympiques de Turin, en Italie, en 2006, s'est félicité l'ÖSV vendredi dans un communiqué.

Toutefois, un ancien entraîneur de ski de fond, Emil Hoch, et deux anciens biathlètes, Wolfgang Perner et Wolfgang Rottmann, ont été condamnés vendredi par un Tribunal italien à Susa, au Piémont (nord-ouest de l'Italie).

"Ce procès a clairement montré que de nombreuses fausses accusations ont été portées à l'encontre de responsables de l'ÖSV", a estimé la Fédération autrichienne. Le président de l'ÖSV a souligné que sa fédération s'est "comportée correctement et n'avait rien à se reprocher, ce qui est désormais établi juridiquement".

Peter Schröcksnadel, ainsi que le directeur sportif de l'ÖSV pour le biathlon et le ski de fond, Markus Gandler, l'ancien responsable des fondeurs, Walter Mayer, le médecin du sport Peter Baumgartl et les anciens fondeurs autrichiens Martin Tauber et Jürgen Pinter ont été innocentés.

En revanche, l'ancien entraîneur de l'équipe d'Autriche de ski de fond, Emil Hoch, originaire du Liechtenstein, a écopé de 20 mois de prison avec sursis et de 26.000 euros d'amende. Les anciens biathlètes autrichiens Wolfgang Perner, médaille de bronze à Salt Lake City (Etats-Unis) en 2002, et Wolfgang Rottmann, ancien champion du monde à Oslo, en 2000, ont été respectivement condamnés à 18 mois de prison avec sursis et 23.000 euros d'amende et à 16 mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende.

Le Parquet italien, qui avait poursuivi les neuf dirigeants et athlètes pour infraction à la législation anti-dopage, avait requis trois ans de prison et 40.000 euros d'amende contre Peter Schröcksnadel, Markus Gandler et Walter Mayer.

Wolfgang Perner et Wolfgang Rottmann avaient été exclus à vie de l'équipe d'Autriche par la commission de discipline et anti-dopage de l'ÖSV.

Lors des Jeux Olympiques de Turin en 2006, les carabiniers italiens avaient saisi dans les résidences des skieurs autrichiens, à Pragelato et San Sicario, du matériel de dopage sanguin. Cinq athlètes accusés, trois skieurs de fond et deux biathlètes, furent suspendus et ont été bannis à vie des JO. Ce scandale avait fortement secoué la petite république alpine, nation numéro un des sports d'hiver.

Pour le Parquet de Turin, les responsables fédéraux avaient délibérément choisi des résidences à l'extérieur du village olympique pour permettre des actes de dopage.

tba/pfe/jcp

PLUS:afp