NOUVELLES

Égypte: le président ordonne une nouvelle enquête sur le meurtre de manifestants

06/07/2012 05:34 EDT | Actualisé 05/09/2012 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le nouveau président égyptien a annoncé la mise sur pied d'une commission d'enquête sur les manifestants tués depuis le début du soulèvement populaire qui a culminé par la chute de l'ancien président Hosni Moubarak.

Le décret adopté tard jeudi soir par le président islamiste Mohamed Morsi ordonne la révision des enquêtes et des procès liés au meurtre de près de 1000 manifestants du 25 janvier 2011 au 30 juin 2012, jour de l'investiture du nouveau président.

La commission de 16 membres aura pour tâche de rouvrir les dossiers portant sur les meurtres commis durant le soulèvement de 18 jours et sur les personnes tuées dans des affrontements avec les forces de l'ordre après le 11 février 2011, quand Hosni Moubarak a démissionné et qu'un conseil militaire l'a remplacé à la tête de l'État.

Selon l'agence de presse égyptienne MENA, des juges, un procureur, un général de l'armée, un haut commandant de la police et six représentants des familles des victimes ont été choisis pour faire partie de la commission. Celle-ci devra présenter ses conclusions au président d'ici deux mois.

On ne sait pas pour l'instant si la commission aura le droit ou le pouvoir d'enquêter sur les militaires.

Heba Morayef, une chercheuse de l'organisation Human Rights Watch spécialiste de l'Égypte, souligne que l'armée jouit d'une «impunité de facto» parce que seuls des militaires peuvent enquêter sur d'autres militaires et les juger.

«Cette commission pourrait tenter de faire pression pour que les responsables de l'usage excessif de la force aient à rendre des comptes, mais je ne pense pas qu'elle ait la capacité de recommander des punitions pour les responsables militaires», a-t-elle dit.

Durant sa campagne électorale, Mohammed Morsi, qui a longtemps été détenu pendant le règne de Moubarak, avait promis que s'il était élu, il ordonnerait de nouvelles enquêtes sur le meurtre des manifestants pacifiques.

PLUS:pc