NOUVELLES

Wimbledon - Entre Djokovic et Federer, une question de suprématie

05/07/2012 12:40 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

Novak Djokovic et Roger Federer en découdront pour la suprématie mondiale, vendredi en demi-finale de Wimbledon, tandis que Jo-Wilfried Tsonga et Andy Murray chercheront à se hisser pour la première fois en finale du tournoi londonien.

Autant qu'un nouveau titre du Grand Chelem pour ajouter à leur collection rondelette - 16 pour Federer, 5 pour Djokovic -, c'est la place de N.1 mondiale qui sera en jeu entre les deux hommes.

Si Federer gagne, devenant le premier joueur dans l'histoire à atteindre huit fois la finale du tournoi londonien, puis remporte le titre, ce qui serait son septième à Londres, il redeviendra N.1 mondial.

Il égalera le record de Pete Sampras de semaines (286) en tête du classement ATP, et mettra fin à une année de domination de Djokovic. Le Serbe s'était approprié la place de N.1 il y a exactement un an, après sa victoire à Wimbledon.

Il a ensuite gagné deux autres titres du Grand Chelem (l'US Open et l'Open d'Australie) et est passé tout près de réussir le Grand Chelem avec sa finale à Roland-Garros.

Leur dernier duel, il y a un mois en demi-finale à Roland-Garros, facilement remporté par Djokovic en trois sets, avait eu un goût de réchauffé. Mais leurs affrontements ont le plus souvent débouché sur des matches d'anthologie.

Ce fut le cas à Roland-Garros en 2011 (victoire de Federer) ou à l'US Open 2011 (victoire de Djokovic).

Ce sera leur première rencontre sur gazon, eux qui en ont joué déjà 26. Le Suisse mène 14-12, mais le sens de l'histoire est clairement en faveur de Djokovic, qui s'est imposé quatre fois sur leurs cinq derniers matches en Grand Chelem.

Le Serbe a été impérial depuis le début de la quinzaine, ne concédant qu'un set, au Tchèque Radek Stepanek. "Je me suis amélioré sur gazon ces dernières années", a-t-il estimé. "Je me sens bien sur cette surface, dans mon jeu. Je n'ai rien à perdre. Je vais essayer de gagner."

Battu ces deux dernières années en quart, Federer a connu quelques remous pour en arriver là, son dos lui ayant causé des soucis en huitièmes de finale. Mais tout semble s'être arrangé depuis.

"Je suis content d'être allé plus loin que ces deux dernières années", a-t-il dit. "Ca a été un bon tournoi pour moi jusque-là. Je suis content de me sentir bien à nouveau. Ca me donne confiance avant ce gros match contre Novak."

Tsonga et Murray, opposé dans l'autre demi-finale, n'ont pas le moindre titre du Grand Chelem au palmarès. Pour eux, il s'agit déjà d'abord d'accrocher une première finale à Wimbledon.

La pression est surtout sur les épaules de Murray. La Grande-Bretagne attend depuis 76 ans, et la victoire de Fred Perry à Wimbledon (1936), un vainqueur du Grand Chelem. Et le dernier Britannique à s'être hissé en finale du tournoi londonien est Henri Austin, en... 1938.

Murray y reste lui-même sur trois défaites consécutives en demi-finale. S'il perd, il deviendra le second joueur dans l'ère Open (depuis 1968) à s'incliner quatre fois en demi-finale sur le gazon londonien, après son compatriote Tim Henman.

Mais après ses échecs face à l'Américain Andy Roddick en 2009, et à Nadal ces deux dernières années, l'Ecossais, qui a atteint sa 10e demi-finale en Grand Chelem (3 finales), voit sans doute là se présenter sa plus belle chance.

Tsonga ne l'a battu qu'une fois, sur six, en 2008 à l'Open d'Australie. Et lors de leurs deux affrontements sur gazon, en quart à Wimbledon en 2010 et l'an passé en finale du Queen's, c'est le Britannique qui est sorti vainqueur.

"Plus que me concentrer sur le fait que c'est la demi-finale de Wimbledon, je devrai me concentrer sur le fait que je joue contre Jo et sur ce qui a bien marché contre lui par le passé", a-t-il estimé.

cyb/gd

PLUS:afp