NOUVELLES

Tour de France - 5e étape: déclarations

05/07/2012 12:27 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

Matthew Goss (AUS/Orica-GreenEdge), 2e: "Avec le train que Greipel a, il est très dur à doubler. Pour le battre, je dois essayer de le faire comme aujourd'hui (jeudi): prendre les devants et y aller. Malheureusement, mon démarrage a été juste un peu trop loin pour arriver en tête en haut."

Mark Cavendish (GBR/Sky), 5e: "J'ai essayé de me laisser décrocher à un kilomètre de la ligne pour ensuite remonter lancé. Ca n'a pas marché, il y avait trop de terrain à refaire. Bravo à André Greipel"

Bradley Wiggins (GBR/Sky), 2e du général: "En tant qu'équipe on voulait être plus présent, pas seulement pour placer +Cav+ mais aussi moi-même. J'ai été un peu pris dans le bazar du peloton ces derniers jours. On avait les jambes, on a une des équipes les plus fortes du peloton donc il faut s'en servir et comme nous a dit Dave Brailsford (le manager) ce matin (jeudi) +Arrêtons de tergiverser+."

Julien Simon (FRA/Saur-Sojasun), 116e de l'étape: "On a gardé toutes nos forces pour les 50 derniers kilomètres et on a tout donné et comme le vent était favorable, ça a presque été au bout. On a géré au maximum. Ce sont des étapes qui sont quasi sûres d'arriver au sprint, donc personne ne s'aventure à tenter. Quand on ne tente rien... Je ne fais jamais d'échappées comme ça, c'est la première fois que je le fais et on est à deux doigts d'arriver au bout. C'est encourageant. Ca donne envie de recommencer, même pour un de mes coéquipiers dans les jours à venir. Ca m'a fait du bien au moral parce que j'étais un peu +dans le dur+."

Jan Ghyselinck (BEL/Cofidis), 36e de l'étape: "Je suis parti à l'instinct, je me suis dit +Maintenant, je peux y aller+ à 1,2 kilomètre de l'arrivée. La ligne était 500 mètres trop loin pour moi, les 500 derniers mètres m'ont tué. J'ai essayé, j'ai perdu, c'est le cyclisme. Parfois il faut aussi un peu de chance pour gagner."

sva/eb

PLUS:afp