NOUVELLES

Sénégal: nouvelle audition de Karim Wade, fils et ex-ministre d'Abdoulaye Wade

05/07/2012 12:59 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

Karim Wade, le fils et ancien ministre de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, a été une nouvelle fois entendu jeudi par la gendarmerie sur sa gestion passée dans le cadre d'audits lancés par le nouveau chef de l'Etat Macky Sall, a-t-on appris de sources concordantes.

Karim Wade "est rentré chez lui" au bout de deux heures passées à la section Recherches de la gendarmerie de Colobane, un quartier populaire de Dakar, a déclaré à l'AFP un de ses collaborateurs, confirmant des informations de la presse locale.

Il avait déjà été entendu mardi sur sa gestion et son patrimoine.

Le fils du président Abdoulaye Wade, battu en mars par Macky Sall après douze ans de pouvoir, avait été très critiqué pour sa "mauvaise gestion" des deniers publics.

Son ministère de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Energie, doté de gros budgets et de multiples tentacules, lui avait valu d'être surnommé au Sénégal "super ministre" ou "ministre du ciel et de la terre".

Ex-conseiller de son père, il a également occupé plusieurs fonctions dont celle de responsable de l'Agence nationale de l'Organisation de la conférence islamique (Anoci), chargée de grands travaux dont la construction d'hôtels, de routes et échangeurs, pour le sommet de l'OCI organisé en mars 2008 à Dakar.

Un de ses principaux collaborateurs à l'Anoci, l'ex-ministre Abdoulaye Baldé, a également été entendu par la gendarmerie mercredi.

"J'ai été interrogé sur mon patrimoine. C'est normal qu'après avoir géré des fonds publics, on rende compte. Je reste à la disposition de la justice", a déclaré à la presse M. Baldé, ex-directeur exécutif de l'Anoci, une structure qui avait été dissoute après le sommet de 2008.

Nommé secrétaire général de la présidence après l'arrivée au pouvoir d'Abdoulaye Wade en 2000, M. Baldé avait ensuite dirigé différents départements ministériels dont les Forces armées et l'Intérieur.

Plusieurs personnalités de l'ex-régime ont été récemment auditionnées par la gendarmerie ou la justice sur leur gestion passée et leur patrimoine.

Au moins trois anciens responsables de sociétés publiques sont actuellement détenus dans le cadre de ces enquêtes.

mrb/stb/aub

PLUS:afp