NOUVELLES

RDC: nouveaux combats dans l'Est entre l'armée et les mutins

05/07/2012 02:12 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

Les combats entre armée et mutins ex-rebelles ont repris jeudi, dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de sources concordantes.

Après avoir renforcé leurs troupes ces derniers jours avec des unités commandos, les Forces armées congolaises (FARDC) ont lancé une offensive contre les mutins du Mouvement du 23 mars (M23), regroupés depuis mai sur plusieurs collines dans le sud-est du parc national des Virunga, frontalier avec le Rwanda et l'Ouganda.

"Les FARDC ont pilonné nos positions. Mais nous avons répliqué et nous les avons poursuivis. Nous sommes autour de Bunagana", a affirmé à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23.

Le M23 a affirmé avoir pris Jomba et Chengerero, deux localités situées sur une route à moins d'une dizaine de kilomètres au nord de leur positions, qui relie d'ouest en est Rutshuru à Bunagana, un important poste frontalier avec l'Ouganda.

La société civile du Nord-Kivu a confirmé dans un communiqué que les mutins avaient pris Jomba. Une source policière à Bunagana a indiqué à l'AFP que les habitants de cette localité fuyaient vers l'Ouganda.

"Notre mission n'est pas de contrôler des localités, mais les FARDC nous ont attaqués. Ce que nous voulons c'est que le gouvernement viennent à la table des négociations", a expliqué en début de soirée le lieutenant-colonel Kazarama.

Depuis mai les mutins issus de l'ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) sont regroupés dans cette région et affrontent régulièrement les FARDC, lors de combats qui ne durent le plus souvent qu'une journée et au cours desquels chaque camp garde finalement ses positions.

Les derniers affrontement avant ce jeudi avaient eu lieu le 30 juin.

Un rapport d'experts de l'ONU a affirmé que les mutins du M23 étaient soutenus notamment par le ministre rwandais de la Défense, le général James Kabarebe, et le chef d'état-major des armées, le général Charles Kayonga.

Kigali a toujours nié tout soutien à la mutinerie et rejeté ce rapport

Ce regain de violences dans l'est de la RDC a fait plus de 200.000 déplacés et plus de 20.000 réfugiés au Rwanda et en Ouganda.

str-epe/aub

PLUS:afp