NOUVELLES

Les producteurs maraîchers de Saint-Rémi auraient perdu 50 M $ après une tempête

05/07/2012 03:39 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

SAINT-RÉMI, Qc - Près de 75 entreprises maraîchères ont subi d'importants dégâts à la suite des violents orages qui se sont abattus sur la Montérégie mercredi soir, dans une région présentée comme le principal pôle de production maraîchère du Québec.

Selon l'Association des jardiniers maraîchers du Québec (AJMQ), la valeurs des pertes pourrait ainsi dépasser 50 millions $.

Certaines entreprises ont pratiquement perdu la totalité de leur récolte, alors que les dommages subis par d'autres viennent grandement affecter toute perspective de rentabilité pour la saison, souligne l'association, qui espère que Québec fournira une aide spécifique aux producteurs maraîchers.

Au dire du président de l'AJMQ, Mario Isabelle, près de la moitié des entreprises touchées ne possédaient pas d'assurances.

La tempête, avance-t-on, pourrait avoir des impacts importants sur le manque de disponibilité des fruits et légumes du Québec dans les marchés ainsi que sur leur prix.

«Les producteurs maraîchers du Québec oeuvrent déjà dans un contexte extrêmement compétitif avec des marges de manoeuvre restreintes et avec très peu de soutien de l'État comparativement à d'autres secteurs de production», affirme M. Isabelle.

L'AMJQ se dit de son côté satisfaite de l'intérêt manifesté par le ministre québécois de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Corbeil, suite à la tempête. «Un travail positif de collaboration s'est amorcé et donnera lieu à une rencontre avec les représentants de l'AJMQ afin de faire un bilan plus exhaustif du dossier», mentionne-t-on.

Des météorologues d'Environnement Canada se sont par ailleurs rendus sur place afin de constater les dommages causés lors de la tempête.

En fin de journée, des vents de 120 et 130 km/h ont soufflé et d'importants nuages de pluie ont laissé tomber des quantités d'eau et des grêlons de la taille de balles de golf, ont été rapportées, ce qui a abîmé nombre de véhicules et de plantations, a-t-on signalé sur place.

Aucun témoignage recueilli ne parle d'une colonne de nuages en forme d'entonnoir, ce qui pousse les météorologues à conclure qu'il s'agissait d'une micro-rafale et non d'une tornade.

Rebecca Schneider, d'Environnement Canada, affirme également que les arbres semblent être tous tombés et déracinés dans la même direction, autre signe qui écarte la tornade.

Les dégâts les plus importants semblent avoir été observés à Saint-Rémi.

Les équipes d'Environnement Canada se sont ensuite rendues à Hemmingford, tout près du Parc Safari. Là encore, des arbres déracinés ont été signalés en plusieurs endroits. Pour le moment, il est question d'un très fort orage dans ce secteur.

PLUS:pc