NOUVELLES

Les monarchies du Golfe applaudissent l'autorisation du voile par la Fifa

05/07/2012 01:13 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

La décision de la Fifa d'autoriser le port du voile par les joueuses de football, annoncée jeudi à Zurich, a été accueillie dans la plupart des monarchies conservatrices du Golfe, souvent réservées sur le sport féminin, comme "un encouragement" aux footballeuses musulmanes.

Le Board, seul organe autorisé à modifier les règles du football, a donné jeudi son feu vert au port du voile par les joueuses de football dans les compétitions de la Fifa.

"Cette décision, attendue avec impatience, fait notre très grande joie", a réagi la présidente de la commission du sport féminin au sein de la fédération koweïtienne de football (FKT), cheikha Naïma Al-Sabah, interrogée par l'AFP.

"Elle rend justice aux joueuses voilées. Son impact sera direct et positif sur l'engouement des Koweïtiennes à jouer au football", a ajouté cheikha Naïma, dont la sélection féminine de football participe à diverses compétitions, tout comme celles des Emirats arabes unis, du Qatar et de Bahreïn.

Le sultanat d'Oman ne compte pas de sélection féminine, tout comme l'Arabie saoudite, la plus conservatrice des six monarchies du Golfe, où les femmes sont interdites de toute activité sportive publique. Ryad n'a d'ailleurs pas encore fait savoir si des Saoudiennes pourraient participer aux jeux Olympiques de Londres.

Jeudi, les responsables de la fédération de football et du comité olympique saoudiens interrogés par l'AFP se sont refusés à tout commentaire sur la décision de la Fifa.

"La décision ne va pas nous hisser à un niveau mondial mais elle consacre le respect des différentes religions", a estimé cheikha Naïma.

Avant les pays du Golfe, l'Iran était à l'avant-garde de la bataille pour l'autorisation du voile islamique. Le pays avait même porté plainte contre la Fifa après avoir été empêché en juin 2011 de disputer un match de qualification aux JO-2012 contre la Jordanie, en raison de l'interdiction du voile islamique.

promouvoir le foot féminin

--------------------------

La nouvelle décision de la Fifa "va promouvoir le sport féminin dans les pays arabes et islamiques, qui comptent des footballeuses de qualité handicapées par l'interdiction du voile", a estimé l'entraîneur de la sélection féminine de football de Bahreïn, Adel Marzouq.

"Cette décision judicieuse va encourager les footballeuses à pratiquer leur sport préféré, sans embarras", a ajouté le sélectionneur bahreïni, dont l'équipe a participé aux éliminatoires asiatiques des Jeux de Londres et à plusieurs autres compétitions asiatiques et arabes.

Aux Emirats arabes unis, "où la promotion du football a commencé depuis des années dans les écoles (...), la femme aura désormais l'occasion de pratiquer ce sport dans le respect de la religion", a déclaré à l'AFP le secrétaire général de la Fédération nationale de football, Youssef Abdallah.

Au Qatar voisin, un petit pays qui organise la Coupe du monde de football de 2022 et qui encourage le sport féminin, le soulagement est manifeste.

"La Fifa s'est assurée que le port du voile n'entrave pas la sécurité, ce qui va permettre aux footballeuses voilées de pratiquer librement leur sport", a souligné le conseiller technique du football féminin au Qatar, Hani Ballan.

"Le nombre des footballeuses va augmenter, avec le soutien des familles, des fédérations et des instances sportives soucieuses de l'identité musulmane", a-t-il ajouté.

Le port du voile islamique, historiquement limité aux monarchies conservatrices du Golfe, a gagné du terrain, y compris dans les milieux sportifs, depuis la révolution islamique en 1979 en Iran, et a encore progressé avec la montée des courants islamistes dans la foulée du Printemps arabe.

mich/tm/fc/gf

PLUS:afp