NOUVELLES

Le président Obama en tournée dans la «ceinture industrielle» de l'Ohio

05/07/2012 07:21 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama, en tournée électorale, a rappelé jeudi aux électeurs du nord de l'Ohio qu'il avait pris un grand risque en sauvant l'industrie automobile américaine, un argument électoral de poids dans cet État industriel.

Le président sortant a entamé jeudi une tournée en autocar de 400 kilomètres dans le nord de l'Ohio, où il a obtenu un fort soutien lors de l'élection présidentielle de 2008. La tournée, intitulée «Betting on America», l'emmènera aussi dans l'ouest de la Pennsylvanie, avec un arrêt à Pittsburg.

Barack Obama a affirmé que l'industrie de l'automobile était revenue en force après sa décision d'ordonner un plan de sauvetage gouvernemental de ce secteur. Une usine Chrysler de la région est prête à embaucher 1100 nouveaux travailleurs, a-t-il dit.

C'est le genre de bonne nouvelle qui plaît aux électeurs, dans une campagne électorale centrée sur la faiblesse de l'économie américaine, qui peine à se relever depuis la récession qui a commencé sous la présidence de George W. Bush.

Le président Obama a aussi défendu sa réforme du système de santé, une mesure controversée qui a été maintenue par la Cour suprême la semaine dernière.

«La loi que j'ai adoptée est là pour rester», a déclaré M. Obama. La réforme vise notamment à fournir une assurance santé à environ 30 millions d'Américains qui en sont dépourvus. Elle empêche aussi les sociétés d'assurances de refuser de couvrir les personnes déjà malades.

Barack Obama fait campagne dans deux États qu'il a remportés en 2008, mais son rival républicain, Mitt Romney, lui, mène une chaude lutte dans ces États. Aucun candidat républicain n'a été élu à la présidence sans remporter l'Ohio.

Les récents sondages menés par l'université Quinnipac montrent que Barack Obama dispose d'une avance de neuf points de pourcentage sur Mitt Romney en Ohio, et d'une avance de six points en Pennsylvanie.

Du côté des républicains, la femme de Mitt Romney, Ann, a déclaré jeudi que son mari envisageait de choisir une femme comme candidate à la vice-présidence.

«Nous envisageons cette possibilité et j'adore cette option», a-t-elle dit lors d'une entrevue avec la chaîne télévisée CBS.

La personne choisie comme colistière doit «évidemment être quelqu'un qui peut faire le travail, mais qui pourrait aussi assumer d'autres responsabilités», a-t-elle ajouté.

PLUS:pc