NOUVELLES

Conflit en Somalie: deux colonels érythréens sur la liste noire des USA

05/07/2012 12:10 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi avoir ajouté deux colonels érythréens à leur liste noire des personnes visées par des sanctions américaines pour leur contribution au conflit qui ravage la Somalie depuis plus de vingt ans.

Le premier de ces hommes, Tewolde Habte Negash, est un officier des services de renseignements érythréens et il "achemine des fonds à des groupes opposés" au gouvernement transitoire somalien, notamment aux milices islamistes des shebab, écrit le département du Trésor dans un communiqué.

Washington accuse le colonel Negash d'avoir été "l'architecte principal des relations entre l'Etat érythréen et les shebab à Mogadiscio en 2006" et d'être "le coordonnateur principal du soutien financier et logistique [d'Asmara] à un certains nombre de groupes armés [en Somalie], parmi lesquels les shebab, depuis 2004".

Le Trésor ajoute que le deuxième officier visé en vertu d'un décret présidentiel signé en avril 2010 par le président américain Barack Obama contre "les personnes qui alimentent le conflit en Somalie" est Taeme Abraham Goitom.

Son nom, ajoute le ministère, apparaît dans un rapport des Nations unies publié en mars 2010, et le décrivant comme fortement impliqué dans un mouvement entretenant des liens avec les shebab et rejetant le président somalien Sharif Cheikh Ahmed, élu en 2009.

Le Trésor a également ajouté à sa liste noire quatre personnes, un Soudanais et trois Kényans, qui soutiennent les shebab, mouvement ayant fait allégeance à Al-Qaïda et inscrit sur la liste des organisations terroristes étrangères du département d'Etat américain.

En vertu de la loi américaine, les avoirs que tous ces individus pourraient détenir aux Etats-Unis sont désormais gelés, et tout ressortissant américain qui viendrait à commercer avec eux sera passible de poursuites pénales.

La Somalie est dépourvue d'autorité centrale depuis l'effondrement du régime du président Siad Barre en 1991 et l'instabilité politique alimente depuis deux décennies une violence permanente dans le pays.

L'Erythrée est visée depuis 2009 par des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU à cause de son action déstabilisatrice en Somalie.

mj/sl/bdx

PLUS:afp