NOUVELLES

Clinton en Egypte et Israël mi-juillet après l'élection de l'islamiste Morsi

05/07/2012 02:55 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton se rendra en Egypte et en Israël à la mi-juillet, au moment où Washington et l'Etat hébreu s'inquiètent de l'élection au Caire d'un président islamiste.

Ces étapes en Egypte et en Israël seront les dernières d'un voyage-marathon amorcé jeudi vers Paris puis vers l'Asie et le Proche-Orient, a annoncé le département d'Etat.

"Le 14 juillet, Mme Clinton voyagera vers l'Egypte pour exprimer le soutien des Etats-Unis à la transition démocratique et au développement économique de l'Egypte (...) Il y aura ensuite un arrêt en Israël les 16 et 17 juillet", a annoncé dans un communiqué la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

En Egypte, la secrétaire d'Etat doit s'entretenir avec "des responsables gouvernementaux, de la société civile et du monde des affaires avant d'inaugurer le consulat général américain à Alexandrie".

Fin juin, Mme Clinton avait félicité le nouveau président égyptien, l'islamiste Mohamed Morsi, tout en estimant que son élection n'était qu'un premier pas sur la voie de la démocratie.

Car les Etats-Unis abordent avec prudence l'élection de M. Morsi, soulagés par ses promesses d'unité nationale mais craignant que les relations avec cet Etat arabe clé soient plus compliquées qu'avant la chute d'Hosni Moubarak en 2011.

L'étape en Israël, la première de Mme Clinton depuis septembre 2010, a pour objectif de parler des "efforts de paix" avec les Palestiniens, d'après le département d'Etat, qui ne précise pas si Hillary Clinton se rendra à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens.

"On peut imaginer qu'elle se rendra dans de multiples lieux en Israël", s'est contenté de répondre à la presse un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell.

Washington a en revanche confirmé que la secrétaire d'Etat rencontrerait vendredi à Paris le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Il s'agit pour les Etats-Unis de "discuter des efforts des deux camps pour poursuivre le dialogue à la suite de l'échange de lettres entre le président Abbas et le Premier ministre (israélien) Benjamin Netanyahu".

Les négociations directes entre les deux parties sont gelées depuis septembre 2010. Pour reprendre les pourparlers, M. Abbas réclame la cessation de la colonisation israélienne et la reconnaissance des frontières de juin 1967 comme référence des discussions. Les Israéliens appellent, eux, à une reprise immédiate des négociations de paix "sans conditions".

Mme Clinton a quitté Washington jeudi pour un voyage de douze jours qui la conduit d'abord à Paris pour assister vendredi à une réunion internationale sur la Syrie censée discuter du sort du président Bachar al-Assad, une conférence boycottée par la Russie et la Chine.

Elle entamera ensuite une longue tournée asiatique, du Japon à l'Asie du sud-est. D'abord le 8 juillet à Tokyo pour une conférence de donateurs pour l'Afghanistan, afin de "réaffirmer notre engagement à l'égard du peuple afghan". Ensuite en Mongolie, où le Parti démocrate (opposition) a remporté les élections législatives du 28 juin.

Puis la secrétaire d'Etat se rendra au Vietnam le 10 juillet pour la signature d'accords commerciaux, au Laos le lendemain, une première depuis 57 ans pour un secrétaire d'Etat américain dans ce pays communiste depuis 1975.

A Phnom Penh, au Cambodge, Mme Clinton participera au Forum régional de l'Asean (FRA), un organe mêlant pays d'Asie du sud-est et grandes puissances riveraines du Pacifique.

nr/bar

PLUS:afp