NOUVELLES

Bute se battra en novembre, puis obtiendra sa revanche contre Froch en mars

05/07/2012 04:17 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Jamais pendant une seule seconde, malgré son humiliante défaite du 26 mai dernier à Nottingham aux mains de Carl Froch, Lucian Bute n'a songé à abandonner la boxe.

«Je n'ai jamais pensé à prendre ma retraite. Je ne suis pas fini, je veux revenir plus fort et montrer que je suis capable de revenir au même niveau qu'avant», a lancé le Montréalais d'origine roumaine, jeudi, en marge d'une conférence de presse visant à faire le point sur son avenir.

Le champion déchu aura l'occasion de faire la preuve de ce qu'il avance puisqu'il obtiendra sa revanche contre Froch à Montréal au mois de mars 2013. D'ici là, les deux boxeurs disputeront chacun un combat intermédiaire contre des adversaires à déterminer.

Le Centre Bell a déjà été réservé en vue d'une revanche à disputer le samedi 16 ou 23 mars, a indiqué Jean Bédard, président d'InterBox, tandis que lui et Eddie Hearn, promoteur de Froch, chercheront à faire boxer leur poulain le même soir en novembre, chacun de leur côté.

Hearn a indiqué par téléphone, jeudi, que Froch était «heureux et prêt» à venir affronter Bute à Montréal.

«Nous étions convaincus que nous allions battre Lucian Bute dans le premier combat, alors nous nous étions faits à l'idée qu'il y aurait un combat revanche», a noté Hearn, qui a par ailleurs dit qu'il était dans le meilleur intérêt des deux boxeurs qu'ils disputent chacun un combat intermédiaire avant de passer à la revanche.

En vue de son combat de novembre, le clan Bute a avancé jeudi matin une offre à un boxeur de renom qui aurait les même atouts que Froch. Il ne s'agirait pas de Kelly Pavlik. Cet affrontement aurait lieu à Montréal, à Québec ou en Roumanie.

«C'est clair que ça va être un gars agressif qui a des mains pesantes, a indiqué Stéphan Larouche, l'entraîneur de Bute. Je veux que Lucian soit nerveux en novembre. Je veux qu'il ait peur un peu, qu'il se dise qu'il est possible qu'il se fasse mettre hors de combat.»

«C'est un adversaire qui a une bonne crédibilité mondialement et qui a boxé pour le championnat du monde, a décrit Bute, sans identifier son prochain opposant. On ne pouvait pas prendre un boxeur qui n'a pas de nom.»

«Je suis convaincu que Lucian va trouver une énergie nouvelle, a par ailleurs affirmé Larouche. Je crois beaucoup au fait qu'avec les années, si tu ne trébuches jamais et que ça va toujours mieux, tu finis inconsciemment par t'éloigner des choses fondamentales, comme individu et comme équipe. Et je pense que ce combat (contre Froch) a été un super méga réveille-matin.»

La première défaite en carrière de Bute, ainsi que la perte de sa ceinture IBF des super-moyens à la suite d'une raclée qui s'est arrêtée au début du cinquième round, est toutefois déjà chose du passé dans la tête de l'athlète de 32 ans. Revenu mardi de la semaine dernière d'un mois de vacances en Roumanie, Bute a rencontré Bédard et Larouche dès le lendemain pour mettre sur pied le plan d'attaque en vue des prochains mois. Il a déjà repris l'entraînement à temps partiel en musculation, mais les séances d'entraînement dans le ring ne recommenceront pas avant septembre.

Dans les moments les plus sombres qui ont suivi sa défaite, Bute a toujours gardé Froch dans sa mire. Il s'est d'ailleurs dit prêt à affronter le Britannique de 35 ans, peu importe que le titre de champion du monde soit à l'enjeu ou non.

«J'ai été champion pendant cinq ans, alors ce n'est pas une question de ceinture. Je veux l'affronter même s'il n'a plus sa ceinture», a-t-il affirmé.

La revanche risquerait d'être annulée, toutefois, si Bute devait perdre en novembre, a indiqué Larouche. Celui-ci a noté que son protégé «ne mériterait plus d'affronter» Froch dans un tel cas. L'entraîneur est toutefois d'avis que Bute a les qualités requises pour gagner ses deux prochains duels.

«Lucian a les habiletés pour battre Froch, a avancé Larouche. On l'a vu, quand il a laissé aller ses mains (le 26 mai), il l'a touché. Lucian, sa force, c'est son offensive. À partir du moment qu'il lance ses coups de poing, qu'il contrôle ses angles comme il fait d'habitude, qu'il est intense et hargneux, je n'ai aucun problème avec Carl Froch.

«J'ai vu le visage de Froch quand il s'est fait frapper. Si on arrive avec un Lucian encore plus conscient du danger, on va avoir un boxeur qui est encore meilleur, qui va appliquer le plan de match, donc qui a plus de chances de réussir», a ajouté Larouche, en parlant aussi «d'un petit détail qui a fait que Lucian s'est éteint presque dès le début» du premier combat.

«Ce soir-là, Lucian a appris que tu dois réagir là, tout de suite, sans te poser de question.»

«Je n'ai rien fait ce soir-là, je n'ai pas réagi, j'étais bloqué, a d'ailleurs reconnu Bute. Si je respecte la stratégie et que je boxe à la mesure de mon talent, de ma vitesse et de ma capacité à me déplacer, c'est sûr que (le combat revanche) va être différent.

«Froch est fort physiquement, il a une bonne mâchoire et il est agressif, mais il est aussi très lent, et je l'ai d'ailleurs senti lors du premier combat. Mais je n'ai pas respecté ses qualités. J'ai accepté de rester avec lui, de me battre avec un gars qui est plus fort que moi physiquement, et c'est la plus grave erreur que j'aurais pu faire.»

PLUS:pc