NOUVELLES

Alexandre Despatie est en avance dans son programme d'entraînement

05/07/2012 01:08 EDT | Actualisé 04/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Alexandre Despatie n'a pratiquement jamais abordé une compétition en visant un podium ou un rang précis et ce n'est pas maintenant, alors qu'il est à peine remis d'une commotion cérébrale et d'une lacération à la tête, qu'il va commencer. Même pas pour les Jeux olympiques de Londres, où le simple fait d'y être sera un exploit en soi selon le vétéran plongeur de 27 ans.

«Ça n'a jamais été une question de médaille ou de scores pour moi, même si c'est sûr que le jour de la compétition, je vais vouloir donner la meilleure performance de ma vie et obtenir le meilleur résultat possible», a-t-il rappelé, jeudi, lors d'un dernier point de presse avant son départ de Montréal.

Despatie quittera en direction de l'Italie, dans quelques jours, avant tout dans le but de savourer cette dernière présence aux Jeux et de donner la meilleure performance possible «dans les circonstances».

«La clé pour ces Jeux olympiques, ce sera d'avoir du plaisir et de chercher à en profiter, de garder le sourire, a-t-il affirmé. Après tout, je vais aller aux Jeux pour faire ce que j'aime le plus, c'est-à-dire plonger.»

Alors qu'il reste trois semaines de préparation avant le début des JO de Londres, il a dit s'efforcer de rester dans le moment présent, en y allant une journée à la fois. Il a reconnu qu'il se demande parfois ce que ça donnera une fois rendu aux Jeux, mais il refuse de se laisser abattre.

«C'est un gros défi que j'ai devant moi, de l'adversité je vais en avoir jusqu'à la fin de ce processus, a-t-il noté. Mais je vais aux Jeux pour faire de mon mieux, pour me surpasser. Et c'est en plein ça l'esprit des Jeux, le désir de se surpasser. J'ai l'habitude de relever les défis et c'est ce que je vais faire.»

Son programme d'entraînement va toutefois très bien et Despatie a même déjà recommencé à s'entraîner en piscine, quelques jours plus tôt que prévu. Il n'a toutefois pas encore refait les plongeons qu'il effectuera en compétition, y compris celui qui l'a amené à perdre conscience, le 12 juin dernier en Espagne. Le double médaillé d'argent olympique s'est dit confiant que sa mésaventure ne se répétera pas puisque l'accident survenu à quelques jours du Grand Prix de Madrid est attribuable à une erreur bête, et non à une technique déficiente qu'on aurait négligé trop longtemps.

«C'est certain qu'il va y avoir une crainte, a-t-il dit du moment où il refera le fameux plongeon. La bonne nouvelle, c'est que je n'ai aucun souvenir de ce qui est arrivé, il y a une période de quatre à cinq minutes dont je n'ai aucun souvenir. On y va une étape à la fois et c'est ce qu'on a fait depuis le début parce qu'à cause de la commotion cérébrale, il était crucial de ne pas aller trop vite.»

Despatie a dit avoir suivi à la lettre le protocole de guérison de sa commotion cérébrale et qu'il ne s'agit plus d'une inquiétude maintenant. Celui qui a été confiné à l'inactivité en deuxième moitié d'année 2011 à cause d'une tendinite au genou gauche et s'est qualifié in extremis pour les prochains JO, au début de la présente année, s'est par ailleurs dit optimiste en raison du fait qu'il a pu s'entraîner plus de 12 semaines avant sa plus récente blessure. Cela fait en sorte qu'il n'aura aucun retard à combler au chapitre de la forme physique.

«Ç'a beaucoup aidé d'avoir un aussi bon bloc d'entraînement. C'est psychologiquement que ce sera plus difficile. L'important, c'est de rester dans une forme de pensée constructive. Ça ne donnerait rien de me demander pourquoi je me retrouve encore dans une telle situation, pourquoi ça m'arrive encore à moi», a indiqué celui qui avait disputé une autre course contre la montre, avant les Jeux de Pékin en 2008, à cause d'une fracture du pied. Il avait malgré tout décroché la médaille d'argent à cette occasion.

«Je m'efforce de me concentrer sur le positif et d'éviter le négatif. Tout simplement parce que je n'ai pas le temps de me payer ce luxe-là. Je n'ai pas le temps d'y penser, aux choses négatives.»

Despatie a laissé entendre qu'il devra toutefois surveiller l'état de son dos, qu'il a également blessé dans l'accident du 12 juin. Il a expliqué que celui-ci «réagit» à chaque fois qu'il passe à une nouvelle étape d'entraînement, mais que tout demeure «sous contrôle».

«C'est sûr que ce n'est pas rose à tous les jours, mais j'ai une équipe formidable autour de moi, a souligné le vétéran plongeur. J'ai tous les outils qu'il me faut pour avoir du succès.»

Despatie a par ailleurs expliqué que son accident n'a rien changé à sa décision de «refuser poliment» d'être le porte-drapeau du Canada à la cérémonie d'ouverture, rôle qu'il a qualifié de «grande distraction même si c'est le plus grand honneur qu'un athlète peut recevoir». Et n'a rien changé non plus en ce qui concerne ses plans d'avenir, alors que la retraite l'attend fort probablement d'ici un an.

«Ça, ça n'a pas changé. Comme je l'ai dit depuis le début, tout va dépendre de ce qui va se passer aux Jeux olympiques, a-t-il dit. Pour le moment, j'adore encore plonger.»

PLUS:pc