NOUVELLES

Forum mondial de la langue française: des dizaines de visas refusés à des Africains

04/07/2012 10:10 EDT | Actualisé 03/09/2012 05:12 EDT
Getty Images

Le Canada a refusé d'octroyer des dizaines de visas, principalement à de jeunes chercheurs africains, pour le premier forum mondial sur la langue française dont le but est précisément de réunir la jeunesse francophone, ont indiqué mercredi des responsables à l'AFP.

Ce forum vise à rapprocher des jeunes des pays francophones afin de discuter de l'avenir de la langue de Molière dans un monde où les puissances émergentes - Inde, Chine, Brésil - occupent une place croissante dans l'économie et le paysage numérique.

Les organisateurs ont indiqué à l'AFP avoir envoyé des lettres de confirmation à 1800 personnes pour assister au forum. Or, 1300 personnes participent à ce rendez-vous dans la capitale québécoise.

Cet écart de 500 personnes s'explique "pour diverses raisons", a indiqué à l'AFP Michèle Moffet, responsable de la communication de l'événement. "Plusieurs personnes n'ont jamais donné suite à la confirmation qu'on leur a fait parvenir, d'autres ont dû annuler pour des raisons professionnelles ou personnelles, certains n'ont pas obtenu leur visa", a-t-elle ajouté.

Différentes sources sur place ont fait état d'un nombre important de refus de visas. "J'ai organisé de nombreuses activités depuis 15 ans, ça prenait toujours beaucoup du temps, mais on parvenait toujours à faire venir les chercheurs", a dit à l'AFP Richard Marcoux, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, à Québec.

Pour ce forum concernant les chercheurs africains, "je n'ai jamais vu un tel massacre", a-t-il dit. Son groupe de recherche avait invité 55 personnes, mais dix n'ont pas reçu leur visa, presque toutes de l'Afrique.

Plus d'une vingtaine de demandes de visas ont aussi été refusées à des participants recommandés par l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des syndicats, voire des gouvernements, ont confirmé des responsables sous le couvert de l'anonymat.

Les demandes de visas pour l'Afrique ont transité par trois bureaux du Canada sur le continent - Dakar, Nairobi et Accra - mais le taux de succès semble avoir été très inférieur dans ces deux dernières villes, ont souligné ces responsables.

"Deux raisons ont été invoquées pour les refus de visa: que les participants n'avaient pas les moyens suffisants pour prouver qu'ils retourneraient dans leur pays après l'événement ou qu'ils n'avaient pas assez d'expérience à l'international", a indiqué un responsable sous le couvert de l'anonymat.

Contacté par courriel tôt en début de journée mercredi, le ministère canadien de l'Immigration, responsable de l'émission des visas pour cette rencontre, n'avait pas répondu à l'AFP en début de soirée.