NOUVELLES

L'Impact vit beaucoup de frustration après la performance douteuse de Stoica

04/07/2012 10:36 EDT | Actualisé 03/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Malgré qu'il se soit retrouvé plusieurs fois du mauvais côté de décisions difficiles et serrées des officiels de la MLS en cette première campagne, l'Impact de Montréal ne s'est jamais servi de cela comme défaite pour expliquer ses insuccès. Mercredi soir, toute l'organisation avait bien du mal à contenir sa frustration à l'endroit de l'arbitre Sorin Stoica.

Il faut dire que l'officiel américain a offert une performance exécrable, prenant le contrôle du match avec des décisions controversées. Une des pires performances d'un officiel qu'il nous ait été donné de voir, tous sports confondus.

Si la faute de main appelée sur Patrice Bernier à la 55e minute était incontestable, le penalty accordé pour un accrochage dans la surface sur un coup franc était incompréhensible. Le capitaine Davy Arnaud n'a d'ailleurs pas mâché ses mots pour dire ce qu'il pensait de son travail.

«Si on commence à donner des penaltys dans la surface pour des gars qui bataillent pour de l'espace, on va voir huit penaltys par match, a-t-il dit. Si c'est de cette façon qu'on veut que ça se joue, alors que les arbitres soient constants et qu'ils appellent toutes ces fautes. C'est de cette façon que se joue le jeu sur les coups francs et les corners, et les gars l'acceptent, car c'est comme ça.

«C'est très douloureux, car nous sortions de deux résultats dont nous n'étions pas contents et nous savions que ça allait être un match difficile pour nous. Mais nous avons fait tout ce qu'il fallait, même marquer les premiers. Ce qui s'est passé après cela... Je n'en dirai pas trop, car je ne veux pas me mettre dans le pétrin, mais ce qui s'est passé après cela, je n'ai jamais vu ça en 11 ans dans cette ligue.»

«C'est frustrant car on a l'impression d'avoir livré un grand match et ça fait longtemps qu'on n'a pas été dans cet état d'esprit, a pour sa part indiqué le défenseur Hassoun Camara. On a fait le travail: on savait que c'était sur les coups de pied arrêtés qu'ils allaient être très forts, et là, on perd sur deux penaltys.

«Je n'ai pas l'habitude de me plaindre du travail des arbitres, mais donner deux penaltys et avoir une influence si grande sur une rencontre comme ça, j'ai rarement vu ça.»

Bien que l'équipe ait manqué de belles occasions en première demie, Arnaud n'en démord pas: l'arbitre a coûté le match.

«Peut-être que le manque d'opportunisme nous a coûté le match, mais nous n'avons pas abandonné et nous avons obtenu le premier but. On a tous vu ce qui s'est passé après cela.»

Arnaud a d'ailleurs écopé d'un carton jaune après que Stoica ait accordé un coup franc — non mérité — au Sporting. Arnaud aurait protesté «visuellement» trop fort au goût de Stoica.

«Je n'ai pas dit un mot. Rien. J'ai reçu un carton pour avoir sauté trop haut à son goût. Mais je n'ai pas dit un seul mot.»

Un geste coûteux, puisqu'il devra rater le prochain match pour accumulation de cartons, tout comme Felipe d'ailleurs, sanctionné pour un plongeon, une autre décision limite.

Cette «performance» de Stoica est venue reléguer au secon plan une première demie électrisante de Marco Di Vaio. L'attaquant italien, qui a connu ses meilleurs moments dans l'uniforme de l'Impact, dit n'avoir jamais assisté à un pareil spectacle.

«Je n'ai jamais vu ça, deux penaltys, a-t-il raconté. J'ai parlé à beaucoup de coéquipiers, et ils n'ont jamais vu ça eux non plus. C'est très étrange.»

PLUS:pc