NOUVELLES

Les Etats-Unis mettent en garde leurs concitoyens au Nigeria

04/07/2012 06:27 EDT | Actualisé 03/09/2012 05:12 EDT

L'ambassade des Etats-Unis au Nigeria a mis en garde mercredi ses concitoyens contre des risques d'attentats pendant la période de la fête nationale américaine, à partir du 4 juillet, dans ce pays d'Afrique de l'ouest aux prises avec une insurrection islamiste.

"La mission diplomatique américaine au Nigeria adresse ce message d'urgence à tous les citoyens américains pour les prévenir de possibles menaces contre les installations américaines pendant la semaine de congé de la fête nationale du 4 juillet", selon un communiqué mis sur le site de l'ambassade.

Abuja, la capitale fédérale nigériane, a été frappée mardi soir par une explosion dans un centre commercial attirant un flot de population locale aussi bien qu'étrangère. Il n'y a pas eu de victime.

Après la première explosion, vers 21h00, le quartier a été bouclé par les services de sécurité qui ont alors découvert une autre bombe, a déclaré un responsable.

"Alors qu'on essayait de comprendre ce qui se passait, les démineurs ont découvert une autre bombe. Ils l'ont simplement fait exploser", a déclaré aux journalistes présents Ishaya Chonoko, le chef de l'Agence de secours d'urgence (NEMA) à Abuja.

"Le point positif, c'est qu'il n'y a apparemment pas de blessé", a-t-il ajouté.

Après la levée du cordon de sécurité, un journaliste de l'AFP a vu les vitres des boutiques proches du centre commercial soufflées mais le centre lui-même n'a apparemment pas été abîmé.

Selon un rapport de police, l'explosion était de "faible intensité" et des patrouilles surveillent de manière "intensive" la ville qui est régulièrement la cible d'attaques de Boko Haram.

Le communiqué de l'ambassade américaine appelle les citoyens américains qui demeurent à Abuja à rester éloignés des lieux de culte et des centres commerciaux et à rentrer chez eux avant minuit.

Le groupe islamiste Boko Haram a effectué au cours des derniers mois une série d'attaques, notamment contre des églises.

L'ambassade "cherche avec le gouvernement nigérian à augmenter les mesures de sécurité", surtout pendant les fêtes du 4 juillet, ajoute le communiqué

En juin, les Etats-Unis ont placé sur leur liste noire du terrorisme trois dirigeants de Boko Haram. L'organisation elle-même ne figure pas sur la liste.

Le groupe a déjà frappé la capitale nigériane par le passé, notamment lors d'un attentat suicide contre un bâtiment des Nations unies qui a fait 25 morts en août dernier.

Plus récemment, le 22 juin, une explosion dans une boîte de nuit y avait détruit les vitres des bâtiments aux alentours sans faire de blessés.

Pour le moment, aucun groupe n'a revendiqué la dernière attaque.

Les attaques de Boko Haram concernent surtout le nord du Nigeria, notamment le nord-est qui est censé abriter le camp de base de la secte.

Mais depuis quelques mois, le centre du pays où est située la capitale, est aussi devenu la cible d'attaques.

Depuis l'été 2009, Boko Haram a revendiqué plusieurs attaques qui ont fait plus de 1.000 morts au Nigeria, premier producteur de pétrole et pays d'Afrique le plus peuplé.

Le mois dernier, le président Jonathan Goodluck a limogé le ministre de la défense et le responsable de la sécurité nationale devant l'ampleur des critiques concernant l'insuffisance des mesures prises pour lutter contre Boko Haram.

joa/bs/efr/aub

PLUS:afp